Partager:
19 février 2019

Gestion de la forêt

Mission technologique réussie pour Signature Bois Laurentides

Du 9 au 16 février, une délégation de 11 représentants de milieu forestier des Laurentides et de l’Outaouais a participé à une mission technologique en Suède organisée par Signature Bois Laurentides. Une occasion d’apprendre et de partager le savoir-faire forestier avec les Suédois considérés comme des leaders mondiaux dans la gestion de la forêt.

La délégation à l’aéroport lors du départ vers la Suède le 9 février dernier (photo: gracieuseté – Signature Bois Laurentides).
La délégation à l’aéroport lors du départ vers la Suède le 9 février dernier (photo: gracieuseté – Signature Bois Laurentides).

La délégation de Signature Bois Laurentides et du Collectif Bois était accompagnée d’un représentant de la délégation générale du Québec à Londres, d’un professeur de l’Université Laval et d’un représentant du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec. Leurs visites de forêts privées et publiques, de projets architecturaux et d’usines de transformation étaient l’occasion idéale d’échanger avec leurs hôtes.

François Racine, président de Signature Bois Laurentides, considère la Suède comme un exemple en matière de gestion de la forêt et d’innovation en foresterie: «Il y a une culture forestière très forte en Suède. Leur vision est très claire, il faut intervenir et faire de l’aménagement en dehors des aires protégées».

Il revient ravi du voyage qui a permis de confirmer certaines pratiques mises en place dans les dernières années: «Nous avons des parcelles de reboisement en cours, mais nous ne verrons pas le résultat avant 2023; on a pu voir le résultat sur place en Suède et discuter des meilleures pratiques», ajoute François Racine.

Règlementation de la forêt privée

Le président de Signature Bois Laurentides croit que le Québec devrait suivre les traces de la Suède pour inciter l’exploitation forestière par les propriétaires de forêt privée. Il rappelle que seulement 7% des propriétaires de forêt privée québécois le font, contre 85% en Suède. Il explique ce phénomène par une règlementation très claire instaurée au début du XXe siècle: «Nous sommes un peu en retard sur ce point et nous revenons avec des idées de mesures règlementaires que nous pourrons promouvoir», ajoute François Racine.

Lutte aux changements climatiques

La forêt peut jouer un rôle important dans la lutte aux changements climatiques. La Suède est reconnue pour son exploitation durable de la forêt et les méthodes de foresterie qui permettent d’optimiser les ressources tout en contribuant à fixer le carbone atmosphérique. Le reboisement et l’aménagement continu permettent à l’industrie forestière suédoise d’avoir une empreinte carbone négative malgré les nombreuses coupes d’arbres. La délégation compte faire bon usage de ces connaissances afin d’améliorer l’impact des coupes forestières.

L’utilisation du bois dans les bâtiments fait aussi partie de cette stratégie. L’architecture suédoise intègre le bois à merveille et, malgré les avancées récentes, il reste beaucoup de chemin à faire au Québec pour arriver à une maîtrise architecturale comparable à celle des Suédois. «Nous avons visité des chantiers incroyables où l’optimisation de l’utilisation du bois était la priorité absolue. C’était très impressionnant», déclare François Racine.

Taxe sur le carbone

Les Suédois sont aussi des pionniers de la taxation du carbone, eux qui ont un système implanté depuis 1970. François Racine croit qu’il s’agit d’un levier économique important: «Ça fait longtemps que les pollueurs paient en Suède. Ils se sont servis de ces sommes pour investir dans la foresterie durable et la recherche. Rien n’empêche le Québec d’aller dans cette direction», précise François Racine.

Des pays similaires

Le président de Signature Bois Laurentides croit que le Québec possède tout ce qu’il faut pour suivre l’exemple de la Suède, mais que des changements au cadre règlementaire sont nécessaires pour y arriver: «Il y a une opportunité pour apporter de nouvelles règlementations qui reflètent la recherche en foresterie durable». Il ajoute que le Québec a davantage de forêts mixtes, surtout dans les Laurentides et l’Outaouais, et que des ajustements doivent être faits pour tenir compte de cette réalité.

Ce voyage a permis de confirmer des pratiques implantées dans les dernières années en permettant à la délégation de constater les impacts positifs de ces pratiques. De plus, ils ont parfait leurs connaissances, appris de nouvelles méthodes et tissé des liens avec des intervenants de l’industrie forestière suédoise afin d’établir une collaboration future. Il s’agit donc d’une mission réussie selon François Racine.

«Nous revenons avec des idées de mesures règlementaires que nous pourrons promouvoir».

– François Racine, président Signature Bois Laurentides

La délégation visite l’aménagement d’une parcelle de coupe dans la forêt boréale suédoise. (photo: gracieuseté – Signature Bois Laurentides).

Galerie de photos

Partager:

À ne pas manquer