Partager:
17 juillet 2019

«Bon pour 100 ans»

La construction du nouveau ponceau entre Ferme-Neuve et Lac-Saint-Paul débute

Les travaux pour la construction du nouveau ponceau situé sur le 2e rang Moreau, entre les municipalités de Ferme-Neuve et Lac-Saint-Paul, débutent. Du côté de Lac-Saint-Paul, où les plus gros inconvénients se sont fait sentir, on pousse enfin un soupir de soulagement.

Kathleen Godmer , journaliste

Fixés au 15 juillet, les travaux de reconstruction du ponceau défectueux entre Ferme-Neuve et Lac-Saint-Paul devraient durer 12 semaines (photo: gracieuseté – Jinny Beaucair).
Fixés au 15 juillet, les travaux de reconstruction du ponceau défectueux entre Ferme-Neuve et Lac-Saint-Paul devraient durer 12 semaines (photo: gracieuseté – Jinny Beaucair).

Voyant machinerie et roulottes qui s’installent peu à peu sur le chantier, la mairesse de Lac-Saint-Paul et tous les citoyens peuvent enfin croire au début des travaux. Leur durée est estimée à 12 semaines. Il s’agit de la construction d’un ouvrage neuf. Ainsi la route sera rouverte pour de bon.

Lac-Saint-Paul dit «enfin!»

«La route a été fermée en février 2018 à cause d’un affaissement. Ça devenait dangereux pour les voitures et le ministère des Transports (MTQ) a décidé de barrer le chemin par mesure de sécurité», a raconté Colette Quevillon, mairesse de Lac-Saint-Paul.

Le MTQ ne recommandait pas l’installation d’un pont temporaire, compte tenu de l’instabilité de la structure existante.

La mairesse de Lac-Saint-Paul et le maire de Ferme-Neuve, Gilbert Pilote, avaient fait pression auprès de Claude Thibault, directeur général régional au MTQ, pour accélérer le rétablissement du lien entre les deux municipalités.

M. Thibault est finalement revenu avec une réponse, en expliquant que les travaux devaient être faits uniquement dans une période comprise entre le 1er juillet et le 15 septembre, que des analyses et des études de sol devaient être faites pour identifier la réelle problématique, puisque ce serait des travaux de grande envergure, et que le ministère devait aller en appel d’offres. C’est pour toutes ces raisons que la mise en chantier prenait autant de temps.

Des travaux de plus de 2 M$

Pour accélérer le processus, le MTQ a procédé en simultané aux nombreuses études nécessaires. L’étude environnementale de la zone où seront réalisés les travaux a défini une période de restriction environnementale.

L’étude a démontré l’importance de la faune aquatique dans ce cours d’eau puisqu’il s’agit d’un lien entre la rivière du Lièvre et le Lac-Saint-Paul. Il a été démontré que plusieurs espèces d’importances étaient présentes dans ces deux plans d’eau, tels que des salmonidés et des dorés jaunes.

Le MTQ devait donc respecter la période de restriction environnementale, jusqu’au 1er juillet 2019, avant de faire les travaux, afin d’être en conformité avec la Loi canadienne sur les pêches, la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, ainsi que la Loi sur la qualité de l’environnement.

À l’heure actuelle, le ministère finalise le processus d’appel d’offres pour le contrat de construction du pont. La plus basse soumission reçue est de 2 106 000$. Des coûts de conception, de surveillance et d’assurance-qualité en usine et en chantier viennent ensuite s’ajouter à ce montant. La mairesse de Lac-Saint-Paul a évoqué pour sa part des coûts avoisinant les 3 à 3,5 M$.

«Le MTQ nous a dit qu’une fois terminé le ponceau sera bon pour cent ans», a mentionné Mme Quevillon, un sourire dans la voix.

«Enfin, nos demandes et celles de nos citoyens ont été entendues.» – Colette Quevillon, mairesse de Lac-Saint-Paul

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer