Partager:
26 novembre 2019

MRC d’Antoine-Labelle

Projet pilote dans les lieux d’enfouissements en territoire isolé

C’est sous le thème « L’environnement en forêt, pensons-y » que la MRC d’Antoine-Labelle (MRCAL) a lancé, à l’été dernier, un projet pilote dans ses lieux d’enfouissements en territoire isolé (LETI). L’organisation encourage les utilisateurs à se départir convenablement de leurs objets métalliques et de leurs pneus. L’Info s’est entretenue avec la MRCAL pour mieux comprendre.

Kathleen Godmer , journaliste

Mis en place depuis octobre, on espère que le projet pilote dans les LETI remporte du succès et s’étende à neuf sites
Mis en place depuis octobre, on espère que le projet pilote dans les LETI remporte du succès et s’étende à neuf sites
© photo : gracieuseté

Un LETI c’est quoi ?

L’origine des LETI vient du fait que sur tout le territoire des Laurentides, seule la MRCAL possède des territoires non organisés (TNO). La responsabilité de la gestion des matières résiduelles en TNO revient donc à l’organisation. En 1986 et en 1992, la MRCAL a bénéficié de crédits émis par Hydro-Québec en marge de son programme de mise en valeur de l’environnement. Ces crédits ont permis à l’organisation de réaliser divers tra-vaux et de mettre en place des infrastructures lui permettant de concrétiser son engagement à l’égard de la ges-tion des matières résiduelles en TNO. C’est ainsi qu’en 1993 et en 1994, d’importants travaux de nettoyage et de restauration de sites ont été effectués et qu’environ 75 dépotoirs illégaux connus et tolérés par le gouver-nement ont été fermés. La mise en place des installations a permis de diminuer considérablement la présence de dépôt sauvage en forêt publique. 

Qu’est-ce qui a motivé la mise en place d’un tel projet ?

La gestion des matières résiduelles en milieux éloignés représente certains défis.  Avant l’instauration du projet pilote, il n’y avait aucun tri et on retrouvait toute sorte de choses dans les LETI. Tout comme dans les milieux habités, l’enfouissement des ordures a un coût et est dommageable pour l’environnement. Il fallait donc trouver des solutions innovantes pour recycler le plus de matière possible et ainsi, réduire le tonnage de ma-tières enfouies. Ces solutions doivent inciter les gens à mieux trier leurs matières résiduelles lors de leur passage dans les LETI, mais également les encourager à mieux respecter l’environnement en général dans les territoires non organisés (TNO), d’où le slogan : « L’environnement en forêt, pensons-y ! ». Ce projet répond aussi à certains objectifs du PGMR. 

Où sont les territoires visés par le projet ?

Les secteurs ciblés par le projet sont les territoires non organisés (TNO) de la MRC. D’abord, il s’agit principalement de la portion nord du territoire occupé par les ZECS et les pourvoiries pour la pratique de la chasse et de la pêche puis, des territoires forestiers où aucun service de collectes d’ordures n’est offert.

Quelle était l’ampleur de la problématique avant la mise en place du projet ?

Difficile à évaluer.  Environ 20 à 25 % des matières retrouvées dans ces sites ne devraient pas y être (pneus, matelas, métal, bois, carcasses de roulottes, résidus domestiques dangereux). Les sites les plus rappro-chés du milieu municipal représentent un plus grand défi.  Certains résidents ou villégiateurs utilisent parfois ces sites pour disposer leurs déchets volumineux lors, par exemple, du ménage du garage ou du sous-sol. Toutefois, ces sites ne sont pas destinés à recevoir ce type de matières, alors que les régies intermunicipales ont mis en place des commodités pour les citoyens à cet effet, et ce, à peu de frais ou même gratuitement.

Diriez-vous que jusqu’à maintenant il fonctionne bien ?

Des efforts ont déjà été constatés, bien que le projet n’ait été instauré qu’à un seul endroit pour le mo-ment et depuis seulement le mois d’octobre. C’est donc un peu tôt pour en tirer des conclusions. Toutefois, nous sommes confiants que les efforts se multiplieront dans les prochaines semaines.  Si, tel qu’espéré, ça fonc-tionne bien, le projet sera étendu à l’ensemble des LETI (9) et nous ajouterons des catégories de tri (RDD et bois). 

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer