Warning: getimagesize(https://infodelalievre.ca/files/article/04-05B-ACTU-Pre%3Ffet-KG-M1-4de%3Fc-1-02.JPG): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 404 Not Found in /home/lecouran/public_html/wp-content/themes/inmedia/header.php on line 87
Partager:
3 décembre 2019

MRC d’Antoine-Labelle

Gilbert Pilote reste préfet suite à une élection hors du commun

C’est Gilbert Pilote, maire de Ferme-Neuve, qui a été reconduit au poste de préfet lors de l’élection qui s’est déroulée le 27 novembre dernier. Toutefois, cette élection passera à l’histoire de la MRC puisqu’elle s’est conclue par un tirage au sort. Du jamais vu! À l’issue de la rencontre, une question était sur toute les lèvres: ne serait-il pas temps de changer la façon de faire et de passer au suffrage universel?

Kathleen Godmer , journaliste

Le nouveau comité administratif de la MRC: Normand St-Amour, maire de Chute-Saint-Philippe, Daniel Bourdon, maire de Mont-Laurier, Gilbert Pilote, maire de Ferme-Neuve et préfet, Denis Charrette, maire de Rivière-Rouge, George Décarie, maire de Nominingue et préfet adjoint et Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorces.
Le nouveau comité administratif de la MRC: Normand St-Amour, maire de Chute-Saint-Philippe, Daniel Bourdon, maire de Mont-Laurier, Gilbert Pilote, maire de Ferme-Neuve et préfet, Denis Charrette, maire de Rivière-Rouge, George Décarie, maire de Nominingue et préfet adjoint et Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorces.
© (Photo L’info de la Lièvre – Kathleen Godmer)

Lors du conseil des maires, les 17 élus devaient voter soit pour Daniel Bourdon, maire de Mont-Laurier soit pour Gibert Pilote, maire de Ferme-Neuve. Ils étaient tous deux candidats au poste de préfet pour le mandat des deux prochaines années. 

Après un premier tour de scrutin, les deux hommes étaient à égalité avec 16 voix chacun. Un deuxième tour a donc eu lieu pour en arriver au même résultat. C’est donc par tirage au sort que le gagnant a été élu.

Cette façon de faire est la procédure légale en vigueur à la MRC, mais la situation ne s’était jamais produite et a suscité beaucoup de réactions et de questionnements. « C’est vraiment surprenant ce qu’on vient de vivre ce matin, mais que ça se règle comme ça, pour moi ça reste satisfaisant » a déclaré Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorces. De son côté, Denis Charette, maire de Rivière-Rouge, a affirmé: « Je pense que c’est un peu absurde que sur un “ pile ou face ” on choisisse un candidat. Le fait que ça ait été chaud, 16 contre 16 au niveau de la votation, ça démontre que les deux candidats présentaient de bonnes valeurs et de bonnes idées. Les gens ont fait des choix en conséquence et il faut respecter ça. »

Suite à cette procédure particulière et à l’annonce du gagnant, M. Pilote, fort émotif, a affirmé que la situation était inconcevable et a demandé une pause pour se remettre. 

De son côté, M. Bourdon, semblait déçu et a mentionné: « Il faut accepter le résultat. Ce qui est passé est passé et on regarde vers le futur. Maintenant, il faut travailler ensemble, les 17 maires et mairesses, et aller vers l’avant. On peut au moins se dire que ce n’est pas un choix qui a était fait contre un ou contre l’autre. Au fond, il faut que ce soit la MRC qui en sorte gagnante. »

Deux fois plutôt qu’une

Le poste de préfet adjoint était aussi en élection et la même situation lors du scrutin s’est reproduite. Ce sont George Décarie, maire de Nominingue et Normand St-Amour, maire de Chute-Saint-Philippe, qui étaient candidats. Suite au vote, eux aussi se sont retrouvés à égalité. Tirage au sort; M. Décarie, qui était déjà en poste, poursuit avec un nouveau mandat.

« Il faut se dire que si on a dû se rendre jusque-là, ça doit être parce que chacun des candidats avait des qualités exceptionnelles », a réagi Danielle Ouimet, mairesse de Lac-du-Cerf.

Les sièges cinq et six du comité administratif étaient aussi à combler et suivant une procédure plus traditionnelle, ce sont Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorces, et Normand St-Amour, maire de Chute-Saint-Philippe, qui ont été élus. 

Le comité administratif sera donc formé de Gilbert Pilote, maire de Ferme-Neuve et préfet, Daniel Bourdon, maire de Mont-Laurier, George Décarie, maire de Nominingue et préfet adjoint, Denis Charrette, maire de Rivière-Rouge, Pierre Flamand, maire de Lac-des-Écorces et Normand St-Amour, maire de Chute-Saint-Philippe.

Réflexions et changements?

Après avoir vécu ce moment hors de l’ordinaire qui a fait réagir et suscité beaucoup d’émotion, le conseil des maires, sans même s’être consulté, s’entendait pour dire que la situation demandait réflexion. « On se dit qu’après ce mode de scrutin vécu aujourd’hui, on doit effectivement se poser des questions. Ça implique du temps et des coûts, mais il y a un lac-à-l’épaule qui s’en vient dans lequel on va se repositionner. Dans les Laurentides, la MRC des Pays d’en haut fonctionne avec le suffrage universel. Les autres fonctionnent comme nous, mais n’ont pas le même mode de scrutin que nous. Nous, on est exceptionnel avec le fait que la ville mère ait dix voix. Ailleurs, peu importe la grosseur de la municipalité, chacune n’a qu’une voix. Il y a beaucoup de questionnements qui vont devoir être apportés », a expliqué le préfet.

Daniel Bourdon s’est manifesté en disant: « Ça va demander une réflexion. On nous dit que c’est la loi. Il faudrait peut-être, dans ce cas-là, demander une modification. Le poste de préfet est un poste électif et important, c’est le leader de la MRC. Je pense qu’il doit être choisi selon le nombre de votes, par la majorité. Je ne verrais pas le premier ministre du Québec être choisi par tirage au sort. C’est un peu la même chose, mais au niveau local. Selon moi, ce n’est pas une procédure qui est légitime ». 

Il faut mentionner que pour le moment, le nombre de voix détenue par chaque municipalité lors des votes est déterminé en fonction de sa population. Plus une municipalité compte d’habitants, plus elle a de voix. Elles partent toutes avec une voix et à toutes les tranches de 1 500 habitants qui s’ajoutent, elles en obtiennent une de plus. « La loi au Québec c’est qu’il faut la double majorité. Il faut la population et le nombre de maires. Ici, on a un décret spécial qui fait que le nombre de votes par membre est déterminé par la population », a précisé Normand St-Amour. 

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer