Partager:
25 décembre 2019

L’histoire contribue au processus de création de Denis Rodier

Féru d’histoire du 20e siècle et ayant illustré d’autres bandes dessinées dans ce genre (lire Lénine, Arale et à la limite L’Ordre des Dragons), Denis Rodier voit dans le processus de création de La Bombe le véhicule pour développer encore plus loin ces connaissances.

Ronald McGregor , journaliste Info du Nord

Le récit de La Bombe, c’est quoi au juste? L’histoire se déroule aux débuts des années 30 alors que la montée du fascisme et du nazisme questionne les scientifiques, notamment les physiciens qui savaient bien que les derniers pouvaient potentiellement créer la bombe atomique. « Ils se sont retrouvés aux États-Unis. Les réfugiés devaient donc aller plus vite que les nazis. C’est eux les scientifiques qui ont fait pression sur le gouvernement pour élaborer le projet Manhattan. Ceux que l’on suit dans La Bombe, ce sont les scientifiques. Le tout se termine avec l’événement d’Hiroshima », raconte Rodier.

Le lecteur perçoit clairement que les axes de la politique de la science et de la guerre sont soudés pour une convergence sombre de l’histoire de l’humanité, l’explosion de la bombe atomique Little Boy sur Hiroshima au Japon à 8h15 le 6 août 1945. À la fin de l’année, à la suite de cette hécatombe, on relève entre 90 000 et 166 000 morts liés à la bombe.

Bien que le volume de 450 pages en noir et blanc sera distribué vers la mi-avril 2020, Denis Rodier a été invité au Salon du livre de Montréal le 21 novembre afin de présenter au public un survol de la bande dessinée. Un succès. Le reste de l’histoire comme on dit se poursuit au printemps.

Partager:

Ronald McGregor , journaliste Info du Nord

  • Courriel

À ne pas manquer