Partager:
7 janvier 2020

Mont-Laurier

Le CLSC a recruté 21 professionnels de plus en 2019

L’embauche de 21 nouveaux employés a permis au CLSC de Mont-Laurier d’offrir davantage d’heures de service à la population en 2019, a fait savoir le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides avant les Fêtes. 

En 2019, 21 nouveaux postes ont été ajoutés au CLSC de Mont-Laurier.
En 2019, 21 nouveaux postes ont été ajoutés au CLSC de Mont-Laurier.
© (Photo L’info de la Lièvre – Simon Dominé)

Selon l’agente d’information Dominique Gauthier, les postes à temps complet qui se sont ajoutés en 2019 sont les suivants : agent(e) de relations humaines, auxiliaire aux services de santé et sociaux, infirmier(ère) auxiliaire, infirmier(ère) clinicien(ne), technicien(ne) en administration, technicien(ne) en assistance sociale et travailleur social. Côté postes à temps partiel, on retrouve les postes suivants : diététiste-nutritionniste, ergothérapeute, infirmier(ère), infirmier(ère) clinicien(ne), orthophoniste et travailleur social.

De 2013 (deux ans avant la réforme Barrette qui a créé les CISSS) à aujourd’hui, les postes au CLSC de Mont-Laurier seraient passé de 107 à 148. 

L’augmentation des effectifs l’an dernier aurait permis au CLSC d’offrir à la population 6 000 heures de service de plus. « L’augmentation dans la dernière année des heures de service à la population est principalement attribuée aux soins à domicile », a spécifié Mme Gauthier. 

Impossible toutefois de savoir si les 6 000 heures en question constituent véritablement une avancée. En raison de la standardisation des entrées de données par le CISSS en 2015,˂@Ri˃L’info˂@$p˃n’a pas pu comparer ce niveau de service avec celui qui existait avant la réforme Barrette. 

L’ajout de personnel engendre divers travaux d’aménagement des locaux de la rue de la Madone. La clinique 3 ½ déménage dans un local situé à proximité immédiate du CLSC. On y dépiste tous les enfants âgés de 3 ½ qui n’ont jamais été vus auparavant par un médecin ou un professionnel.

« À travers le jeu, une infirmière et une éducatrice spécialisée font des observations pendant que l’enfant découpe, s’exprime, compte ou suit des consignes. L’enfant démontre ainsi ses habiletés en motricité fine, en langage et en perception cognitive », explique Mme Gauthier. 

Du côté du GMF-U

Le CISSS se félicite également des résultats obtenus par le Groupe de médecine de famille universitaire (GMF-U) du CLSC, qui a réalisé 3 000 inscriptions en 2019, ce qui porte désormais à 9 000 le nombre de prises en charge. 

En 2009, le GMF-U ne comptait que trois résidents, une infirmière, une agente administrative et cinq médecins. Dix ans plus tard, il y a trois infirmières cliniciennes, trois infirmières auxiliaires, deux secrétaires médicales, une agente administrative, deux techniciennes en administration, un travailleur social, une agente d’amélioration continue de la qualité, un cadre intermédiaire et 12 médecins. 

À noter qu’un poste pour une infirmière praticienne spécialisée (IPS) est également ouvert. Le GMF-U accueille désormais 70 étudiants en médecine chaque année. 

Là aussi, les heures de service ont augmenté : ouvert seulement de jour du lundi au vendredi en 2014, le GMF-U a ajouté les mercredis soirs, les dimanches matins et les jours fériés à sa plage horaire. 

Appelé à l’origine Unité de médecine familiale (UMF), le GMF-U prodigue plusieurs services : suivi médical d’usagers inscrits auprès d’un médecin de famille, service de sans rendez-vous, chirurgies mineures, tests à l’effort, dépistage, mais aussi services d’obstétrique, de santé mentale ou en pédiatrie.  

Pour se voir attribuer un médecin de famille dans la région, il est possible de s’inscrire sur le guichet d’accès à un médecin de famille au www.gamf.gouv.qc.ca.

Partager:

À ne pas manquer