Partager:
7 janvier 2020

Zone d’innovation

Un projet emballant

La Ville de Mont-Laurier, en partenariat avec le CLD Antoine-Labelle et la SADC d'Antoine-Labelle, a accueilli plusieurs personnes le 6 décembre dernier dans le cadre d’un projet structurant : celui d’une zone d’innovation.  

Kathleen Godmer , journaliste

La Ville de Mont-Laurier et ses partenaires ont accueilli plusieurs personnalités importantes afin d’échanger concernant la nature du projet de zone d'innovation.
La Ville de Mont-Laurier et ses partenaires ont accueilli plusieurs personnalités importantes afin d’échanger concernant la nature du projet de zone d'innovation.
© (Photo gracieuseté)

Donald Martel, adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet Saint-Laurent et zones d'innovation, le conseiller spécial pour les zones d’innovation au cabinet du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Félix Grenier, ainsi que deux représentants de la firme Mallette étaient du voyage. 

Grâce au noyau d’entreprises manufacturières situées à proximité du nouveau parc industriel et aux projets innovateurs dans le secteur de la valorisation du bois, la Ville de Mont-Laurier considère qu’elle est un emplacement idéal pour ce type de projet. Son territoire et la région qui l’entoure regorgent de ressources naturelles. La reconnaissance d'une telle zone apporterait un essor économique important sur l'ensemble de la région, pense la Ville. 

Qu’est-ce que les zones innovation?

Les zones d’innovation sont des initiatives proposées par le gouvernement du Québec. Celles-ci consistent à cibler des territoires et leurs ressources afin de promouvoir des concepts ingénieux qui encourageront les entreprises régionales dans leur caractère innovant et dans la création d’emploi. 

La Ville de Mont-Laurier a donc pris l'initiative avec ses partenaires afin de se positionner pour devenir une zone d'innovation reconnue auprès du gouvernement du Québec. Lors de la présentation qui s'est déroulée à la Maison de l'entrepreneur, plusieurs entrepreneurs, chercheurs, investisseurs et représentants du pôle du savoir étaient présents dans la salle afin de s'informer sur le processus de la reconnaissance d'une telle initiative. Cet événement a su mobiliser les principaux acteurs concernés par ce projet d'envergure.

Selon Économie et Innovation Québec, les zones d’innovation attireront, entre autres, dans des territoires géographiques délimités, des talents, des entrepreneurs, des chercheurs du Québec et d’ailleurs. Le tout se fera par la mise à contribution de différents acteurs socioéconomique comme des entreprises, des organisations à vocation économique, des établissements de recherches et d’enseignement et des municipalités.

Ces différents acteurs seront appelés à collaborer sur des projets d’innovation dans des secteurs technologiques d’avenir et pour lesquels le Québec et ses régions détiennent des avantages comparatifs importants. En plus d’abriter des activités industrielles, entrepreneuriales, de savoir, connectées et collaboratives, les zones d’innovations compteront sur un environnement diversifié propice à la qualité de vie et au bien-être. Elles répondront à certains critères pour accroître le passage de l’idée au marché, attirer les investissements privés et étrangers et favoriser la croissance propre et durable.

Les zones d’innovation devront, de plus, contribuer à améliorer la performance socioéconomique des territoires, à augmenter la productivité des entreprises, à la création d’entreprises à forte valeur ajoutée, à accroître les exportations québécoises, à attirer plus d’investissements, à attirer et maintenir les talents dans les zones, à hausser la qualité de vie et à diminuer l’empreinte écologique.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer