Partager:
7 janvier 2020

Cathédrale de Mont-Laurier

Les citoyens réagissent vivement à la possible destruction du mur de façade

Dans son édition du 11 décembre dernier, après s’être entretenue avec l’abbé Gilbert Ndayiragije, curé de la cathédrale de Mont-Laurier,˂@Ri˃L’info˂@$p˃parlait de l’état de la façade de la cathédrale qui connaît de nouveau de graves problématiques qui mettent en péril sa conservation. La nouvelle a fait réagir beaucoup de citoyens.

Kathleen Godmer , journaliste

Que l’on soit pour ou contre, la possible destruction du mur de façade de la cathédrale de Mont-Laurier suscite beaucoup de réactions.
Que l’on soit pour ou contre, la possible destruction du mur de façade de la cathédrale de Mont-Laurier suscite beaucoup de réactions.
© (Photo L’info de la Lièvre – Archives)

Rappelons qu’en 2007, des rénovations avaient dû être faites à cause du mur qui créait de graves infiltrations d’eau et les réparations avaient coûté environ 235 000$. Comme le montant était élevé, la majorité des paroissiens désiraient la démolition du mur, mais certains gens d’affaires de la région s’étaient mobilisés et avaient réussi à amasser le montant.

Il y a quelques mois, sur ce même mur, on a pu constater le retour des infiltrations d’eau ainsi que l’apparition d’importantes fissures sur la paroi et la structure de la façade. Architecte, ingénieur et maçon d’expérience ont donc été consultés et ont fait une inspection ensemble le 27 septembre dernier. Ils ont remis un rapport qui décrivait en détail les problématiques et qui faisait mention que si le désir de conserver la façade persistait, les coûts avoisineraient les 900 000$. 

« La Fabrique Notre-Dame-de l’alliance n’a pas ces moyens. Même si on aimerait garder la façade, nous ne sommes pas capables. On s’est donc informé auprès de quatre ou cinq constructeurs pour savoir ce que coûterait la démolition et on attend des réponses et des chiffres. Ce sera ça qui officialisera la décision », avait alors affirmé l’abbé Gilbert Ndayiragije.

Pour ou contre, ça réagit fort

Suite à la parution de l’article, les réactions citoyennes ne se sont pas fait attendre. Le premier à s’être manifesté et à avoir communiqué avec˂@Ri˃L’info˂@$p˃est Guy Cloutier, qui désire sauver le mur. Il aimerait investir 1 000$ de sa poche afin d’influencer et de démarrer un mouvement concernant la cathédrale et la sauvegarde du patrimoine. 

« Il va y avoir plusieurs choses à prendre en considération; les coûts, l’implication de la population, les décisions de l’évêque et l’implication de la Ville qui a aussi son mot à dire. De mon côté, je vais approcher des gens influents et essayer de mettre en place, avec eux, un comité pour la sauvegarde. Je sais que l’abbé Gilbert aura les chiffres liés à la déconstruction du mur et qu’ils seront présentés à la Fabrique le 14 janvier et aux paroissiens le 19 janvier pendant la messe », a raconté M. Cloutier.

Sur les réseaux sociaux, le sujet fait beaucoup parler. Une pétition en faveur de la rénovation du mur circule. De son côté, Daniel Brosseau sur sa page concernant le patrimoine de notre région a créé un sondage.

Il demande: « D’après vous est-il important de sauvegarder le fronton (mur) de l'église cathédrale de Mont-Laurier comme partie importante de notre patrimoine »? 

Pour ou contre, une grande quantité de gens a réagi et on peut lire des commentaires comme : « oui, car au fil des ans, la façade est devenue la signature de Mont-Laurier au même titre que le stade olympique pour Montréal, la Tour Eiffel à Paris et quant à moi, la Ville doit se faire un devoir d’aider à la préserver »; « trop cher pour ce que ça apporte de souvenirs, il y a des choses plus importance à faire avec cet argent » ou « je suis tout à fait d’accord de sauver le patrimoine de la région. D’ailleurs, beaucoup d’églises ont été construites et financées par la population. Ce serait un retour des choses. Quant au financement, cela se trouve, puisqu’il y a un ministère du Patrimoine au Québec et Canada, ainsi que d’autres financements, comme on trouve pour d’autres projets».

Toujours sur les réseaux sociaux, certains ce sont directement adressé à la nouvelle député fédérale Marie-Hélène Gaudreau pour lui demander ce qu’elle et son parti peuvent faire pour sauver le patrimoine local et lui demander de porter ce projet de réfection du mur de la cathédrale à son agenda.

Est-ce que les mouvements citoyens qui se mettent en place suffiront pour trouver l’argent nécessaire à la rénovation? Est-ce que les coûts demeureront trop élevés pour sauver ce symbole patrimonial? Le temps le dira et l’abbé Gilbert a bien insisté sur le fait qu’il se fera un devoir de tenir la population informée.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer