Partager:
14 janvier 2020

Buffalo de Ferme-Neuve

Démision de Patrick Lacelle et inquiétudes quant à la survie de l’équipe

L’équipe du Buffalo de Ferme-Neuve vit présentement une période de crise. La toute jeune équipe n’a pas encore complété sa première année d’existence et déjà, au sein de l’organisation, des problématiques importantes apparaissent allant jusqu’à entraîner la démission de Patrick Lacelle qui devait être l’entraîneur-chef.

Kathleen Godmer , journaliste

Suite à la démission de Patrick Lacelle, c’est sur les épaules de l’entraîneur Sylvain Beauchamp que la responsabilité de l’équipe retombe. Celui-ci aura besoin de toute l’aide possible pour mener à terme sa mission.
Suite à la démission de Patrick Lacelle, c’est sur les épaules de l’entraîneur Sylvain Beauchamp que la responsabilité de l’équipe retombe. Celui-ci aura besoin de toute l’aide possible pour mener à terme sa mission.
© (Photo L’info de la Lièvre – Archives)

Le mot devait est bien choisi, car au départ, Patrick Lacelle avait été approché pour devenir l’entraîneur-chef du Buffalo. Fonction qu’il n’a jamais exercée puisque selon lui, il y avait trop à faire du côté de l’organisation pour qu’il ait le temps de s’investir derrière le banc. 

« Pendant le temps des Fêtes, j’ai pris la décision d’arrêter tout ça. José Lachaîne avait tiré la “ plug ” avant les Fêtes et j’ai compris que moi aussi j’en avais assez. Ce n’est pas à défaut d’avoir essayé. On va laisser ça entre les mains de M. Beauchamp. Il veut tellement et je lui souhaite que ça fonctionne », a-t-il déclaré.

Les raisons du départ

M. Lacelle a expliqué que plusieurs facteurs avaient pesé dans la balance lorsqu’il a pris sa décision. « La première des choses est que l’équipe n’a aucun gros commanditaire, aucun propriétaire. On va se dire les vraies affaires; la municipalité est pleine de bon monde, mais jamais elle ne va injecter quoi que ce soit dans l’équipe. La ligue ne nous supporte pas. Il y a un gros problème de non-paiement des frais d’inscription et de non-engagement de la part des joueurs. Je pense qu’il faut mentionner qu’il y a des problèmes d’intimidation et de la chicane entre les joueurs dans l’équipe. Selon moi certains comportements sont inacceptables. Un moment donné, c’est assez », a-t-il confié.

« Le projet a été parti par Éric Gauthier de Maniwaki. Il y a beaucoup de questionnements qui me viennent en tête sur la façon dont ça a été fait. Comment tu peux partir une équipe si tu n’as pas de commanditaire majeur? Comment il s’attendait à la faire fonctionner sans argent? C’est quoi les vraies raisons pour avoir mis sur pied cette équipe-là? Trop de question, pas de réponses et trop de problèmes. Je n’ai plus envie de perdre mon temps là-dedans. En plus, la ligue est non sanctionnée par hockey Canada et hockey Québec. C’est une ligue indépendante, un peu hors-la-loi, qui nous force à vivre des frais d’inscription. Si tu n’as pas de commanditaires, il faut que tu vives de ça, mais chez le Buffalo les gars n’ont pas encore payé. Comment est-ce que tu fais? », a raconté M. Lacelle.

Selon M. Lacelle, lorsque M. Gauthier a démarré le projet, la principale raison était d’ajouter des équipes à cette division de la Canadian Premier Junior Hockey League (CPJHL) pour, au bout du compte, diminuer certains frais comme les frais de déplacement. 

« À mes yeux, le projet est parti trop vite et pour les mauvaises raisons. Il aurait dû être reporté d’un an et démarrer sur de bonnes bases. Pour moi, il y a une accumulation de choses qui fait que je n’y crois plus. Pas de propriétaire, pas de commanditaires, pas d’implication de la chambre de commerce, zéro pension pour les jeunes, j’ai de la misère à croire que ça va aller quelque part », a lancé M. Lacelle. 

Sylvain Beauchamp continue d’y croire

Derrière le banc depuis le début de la saison et s’impliquant autant qu’il le peut Sylvain Beauchamp a s’est lui aussi prononcé sur la situation: « Moi, je ne veux pas lâcher le club. Je pense que je suis le seul qui va rester. Je vais avoir besoin d’aide et de la participation de la communauté de Ferme-Neuve, mais j’y crois encore et je sais qu’on peut y arriver. C’est M. Gauthier des Mustangs et moi qui avons parti le club et je n’ai pas l’intention que ça s’arrête. Pour le moment, on est en mode solutions. On va essayer de trouver d’autres personnes pour remplacer ceux qui partent. Ça me prend quelqu’un avec moi en arrière du banc, ce que je n’ai jamais eu encore depuis le début. M. Lacelle était supposé être avec moi, mais je ne l’ai jamais vu. Ce problème doit être réglé en partant, si on veut repartir sur de bonnes bases, c’est une priorité ».

« L’avenir de l’équipe dépend de beaucoup de chose. Une très importante est que les gars doivent payer leur inscription et pour plusieurs, ce n’est pas encore fait; je dirais qu’il y en a plus que la moitié qui font traîner ça. Il faut que ça se paie, car de notre côté on doit aussi payer certains montants à la ligue. Il faut aussi penser aux déplacements et à plein d’autres frais. S’il n’y a pas d’argent qui entre, on ne pourra malheureusement pas continuer. La discipline et la maturité vont aussi être à travailler, car entre eux les joueurs manquent parfois de respect, ce qui apporte des problématiques dont l’équipe peut se passer. Pourquoi perdre du temps à régler des situations qui peuvent être évitées? Sur le plan personnel, chacun des joueurs doit se demander s’il tient à l’équipe et s’il veut la voir continuer. Le travail d’un entraîneur n’est pas de passer ses nuits à régler des chicanes de petits gars et de vérifier qui insulte qui sur les réseaux sociaux », a raconté M. Beauchamp dont les prochains défis seront donc de s’entourer de gens solides et prêts à s’investir, de régler les problèmes de gestion et budget et bien sûr de mettre en place une équipe disciplinée et prête à travailler ensemble pour aller plus loin. 

« J’ai clairement demandé aux joueurs s’ils voulaient continuer. Moi je suis prêt à continuer avec eux. Je viens de Ferme-Neuve et j’ai joué pour les anciens Buffalo. Je veux que ça reste et que ça continue », a conclu l’entraîneur.

Tous devront contribuer

« Je suis celui qui a initié le projet pour ensuite le laisser entre les mains des gars de Ferme-Neuve. J’ai été mandaté par la ligue pour faire du développement. J’ai été un peu surpris d’apprendre la démission de M. Lacelle et de M. Lachaîne. Il y a déjà des discussions en cours avec la ligue et il y a un plan B qui se profile. M. Beauchamp va continuer et il y a des gens de Ferme-Neuve qui ont décidé de mettre la main à la pâte. Il va y avoir plus d’implication dans l’équipe. L’équipe va continuer, ça va bien aller. Je ne suis pas inquiet, M. Beauchamp est là depuis le début et il sait où il s’en va », a mentionné Éric Gauthier, président des Mustangs de Maniwaki.

M. Gauthier a aussi confié qu’il serait là pour appuyer M. Beauchamp et que la ligue, de son côté, tenterait aussi d’aider tout en insistant sur le fait qu’il sera important que la communauté de Ferme-Neuve contribue elle aussi si elle veut garder son équipe junior.

« L’équipe va poursuivre, va terminer l’année et être de retour l’an prochain sur des bases solides. Je crois que chacun commence à comprendre qu’il doit s’impliquer. Je ne sais pas à quoi M. Lacelle s’attendait, mais la première année de vie d’une équipe n’est jamais facile. Je peux dire qu’à l’époque où j’ai mis en place les Mustangs, j’avais moins de moyens et moins de joueurs qu’au début à Ferme-Neuve et maintenant, on a le vent dans les voiles. Quand j’ai remis l’équipe de Ferme-Neuve entre les mains des responsables, en début de saison, je jugeais qu’ils étaient prêts à continuer. Selon moi, quand on accepte un projet, on accepte aussi de le prendre comme il est et de faire en sorte de travailler pour le faire évoluer », a conclu M. Gauthier.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer