Partager:
23 janvier 2020

Buffalo de Ferme-Neuve

Le président de la CPJHL réagit à la démission de Patrick Lacelle

Lors de la parution de l’article sur la démission de Patrick Lacelle, L’info n’avait pas réussi à parler avec le président de la Canadian Premier Junior Hockey League (CPJHL). De retour de vacances, ce dernier s’est manifesté et a vivement réagi aux propos de M. Lacelle.

Kathleen Godmer , journaliste

 L’équipe n’est pas dans le trouble, elle était mal gérée. L’équipe est là pour rester. C’est vrai qu’elle n’est pas forte, mais elle en est à sa première année », a confié M. Laveault
L’équipe n’est pas dans le trouble, elle était mal gérée. L’équipe est là pour rester. C’est vrai qu’elle n’est pas forte, mais elle en est à sa première année », a confié M. Laveault
© (Photo L’Info de la Lièvre – Archives)

« Il a donné sa démission juste avant qu’on le mette à la porte. Il savait qu’on allait le faire », a déclaré le président de la CPJHL, Stephane Laveault, avant d’expliquer: « c’est M. Gauthier qui a parti l’équipe. On cherchait un directeur et un entraîneur et il avait entendu parler de M. Lacelle. On l’a engagé pour être entraîneur-chef. Le temps a passé et celui-ci ne s’est jamais présenté aux entrainements ni à aucune partie ».

Lors de l’annonce de sa démission, M. Lacelle expliquait de ne pas avoir pu remplir son rôle d’entraîneur, car il était trop occupé avec les fonctions de directeur, mais selon M. Laveault, « cette job-là non plus, il ne savait pas comment bien la faire. Lorsqu’il dit que la ligue ne le supportait pas, il faut mentionner qu’il me téléphonait plusieurs fois par jour supposément pour des raisons importantes. À ses yeux, le plus gros problème était toujours l’argent et il aurait voulu se faire payer un gros salaire ».  

Le président a poursuivi en affirmant que « tu peux chialer que le monde ne paie pas et dire qu’il faut collecter l’argent, mais quand ils ne t’ont jamais vu, pourquoi ils te feraient confiance? Depuis son départ, on a récolté tout l’argent qui avait besoin de l’être ». 

@R:M. Laveault a aussi expliqué qu’au départ, il avait passé plusieurs heures avec M. Lacelle pour lui expliquer la réalité des équipes de la ligue et sa philosophie qui se veut être le développement et qui a pour objectif de donner une deuxième chance aux jeunes soit dans le sport ou par un retour aux études. 

« Ce qui est fâchant, c’est qu’on a fait plein de choses pour l’aider, mais de son côté, on a l’impression qu’il n’a pas rempli sa part du contrat; entraînement, publicité, contacts, recrutement, rien n’a été fait », a-t-il mentionné.

« Quand on a parti la ligue, le but n’était pas de faire de l’argent, on n’est pas là pour ça. Oui, il faut couvrir nos dépenses, mais l’objectif est de donner une chance aux jeunes qui ont manqué leur chance. »

Stephane Laveault, président de la CPJHL

Dans ses propos, M. Laveault prétend qu’il était difficile pour les jeunes joueurs de respecter M. Lacelle, car celui-ci n’aurait rien fait pour se rapprocher d’eux et aurait exigé de leur part certaines choses que lui-même n’aurait pas mis pas en pratique. 

« À cause de ça, les jeunes riaient de lui, ne le respectaient pas. C’est dur de parler de discipline. N’étant jamais présent et fonctionnant toujours avec des menaces, c’était impossible de mettre sur pied une équipe solide et confiante. »

Une ligue reconnue

L’affirmation de M. Lacelle disant que la ligue était illégale et non sanctionnée a fait réagir M. Laveault: « on n’est pas sanctionné par Hockey Canada, mais on l’est par L'Union amateur d'athlétisme (AAU) qui est du côté américain et qui est encore plus importante. On l’est aussi avec l’Union de hockey unie (UHU). Si on n’était pas avec eux, on ne pourrait pas placer des jeunes dans les universités américaines. On ne peut pas faire ça si on n’est pas sanctionné. »

M. Laveault a aussi expliqué que le choix des États-Unis s’imposait, car du côté canadien les démarches sont beaucoup plus difficiles et les coûts sont beaucoup plus élevés. 

Le président se veut rassurant

« On est chanceux que M. Beauchamp, qui était supposé être assistant-entraîneur, se soit autant impliqué et ait envie de continuer. Il fait une très belle job. Il n’a pas peur de travailler. »

Stephane Laveault

M. Laveault a confirmé qu’une nouvelle organisation se met en place et que, déjà, des gens ont été engagés pour l’an prochain. Plusieurs jeunes veulent aussi revenir dans l’équipe. Il s’est dit choqué que M. Lacelle ait affirmé que la Municipalité n’était pas en arrière du projet, car elle a pourtant beaucoup contribué. « La ville nous a fait un “ deal ” d’enfer. On parle de la glace, du bar… Elle ne mérite pas les propos de M. Lacelle », a conclu le président. 

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer