Partager:
29 janvier 2020

Semaine internationale de la sécurité à motoneige

Les motoneigistes affluent dans les Hautes-Laurentides

Dans le cadre de la Semaine internationale de la sécurité à motoneige, qui avait lieu du 18 au 26 janvier derniers, la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec a tenu diverses activités en sentier afin de sensibiliser la communauté motoneigiste aux bonnes pratiques sécuritaires à motoneige. Bien entendu, des activités se sont aussi tenues dans la région, qui est une destination très populaire. 

Kathleen Godmer , journaliste

Fédération, SQ et patrouilleurs locaux se sont mobilisés lors de la fin de semaine du 18 et 19 janvier derniers afin de procéder à des vérifications et faire de la sensibilisation dans le cadre de la semaine internationale de la sécurité à motoneige.
Fédération, SQ et patrouilleurs locaux se sont mobilisés lors de la fin de semaine du 18 et 19 janvier derniers afin de procéder à des vérifications et faire de la sensibilisation dans le cadre de la semaine internationale de la sécurité à motoneige.
© (Photo gracieuseté – Jacques Lafleur, Club de Montoneige les Sultans)

En effet, les 18 et 19 janvier derniers, une opération de sensibilisation liée au bruit et à la vitesse s’est tenue à Mont-Laurier sur le sentier du parc régional de la Montagne du Diable et à l’entrée de celui du P’tit train du Nord, où il y avait aussi un kiosque qui servait de poste d’accueil (près du IGA). 

« Tous les clubs de motoneiges tiennent à rappeler de ne pas s’aventurer sur les plans d’eau qui ne sont pas balisés. On ne souhaite pas qu’il arrive des situations comme au Lac-Saint-Jean. Les gens peuvent aller sur le site du club de Motoneiges les Sultans et les conditions des sentiers y sont disponibles en tout temps et elles sont mises à jour régulièrement. On y retrouve aussi les conditions des lacs. »

-Jacques Lafleur du Club de Motoneige les Sultans

« Il y a eu des activités à plusieurs endroits au Québec. J’en retiens deux où il y avait des postes d’accueil; Saint-Raymond-de-Portneuf et Mont-Laurier. Il y a aussi eu un groupe d’intervention à Labelle sur le trajet du parc linéaire le P’tit train du Nord », a raconté Jacques Lafleur du Club de motoneige les Sultans.

Selon M. Lafleur, vérifications et sensibilisation ont été faites auprès des motoneigistes. Pour ce faire, trois agents provinciaux de la Fédération, deux agents de la Sûreté du Québec (SQ) et deux surveillants locaux s’étaient mobilisés. Samedi, en sentier, ce sont 123 véhicules qui ont été vérifiés du côté du parc régional et le dimanche, près du parc linéaire, on parle de 185 vérifications. Du côté de Labelle on parle de 450 motoneiges interceptées. 

« Il faut savoir que les huit clubs de la région, qui forment l’Association des Clubs de Motoneige des Hautes-Laurentides, sont tous à l’affût pour apporter des améliorations afin de garder cet apport économique qui ne cesse de grandir dans la région. Cette année, il y a 20 % de plus d’activités motoneiges dans la région. Le sport gagne en popularité et de plus, les conditions météo de cette année font en sorte que notre région est une des seules où il y a suffisamment de neige », a expliqué M. Lafleur.

Heureux hasard

Le début de la semaine de la sécurité à motoneige et la fin de semaine portes ouvertes qui donne accès à tous aux sentiers sans avoir à débourser de frais se tenaient en même temps. Chaque année, lors des portes ouvertes, les policiers se joignent aux clubs de motoneige et en profitent justement pour faire de la sensibilisation et de la patrouille avec eux. 

« En fin de semaine, les deux événements se sont chevauchés. Un grand nombre de motoneiges ont été vérifiées et neuf constats ont été émis. En gros c’est surtout pour de l’équipement défectueux. Il y a aussi eu un cas de permis sanctionné où les plaques n’étaient pas payées, et une histoire de casque pas attaché, mais rien en lien avec la vitesse ou la conduite avec facultés affaiblies. De notre côté, ça se poursuit toute la semaine », a expliqué les sergent Marc Tessier du Service des communications de la SQ. 

« Le plus important est de mettre l’accent sur la sécurité. Les gens se doivent de suivre les règlements et consignes et surtout de respecter la limite de vitesse qui est de 70 km/h. »

-Marc Tessier de la Sûreté du Québec

Le sergent Tessier a aussi mentionné que la SQ s’était jointe à la Fédération pendant trois heures, au poste d’accueil, pour pousser plus loin la sensibilisation. « Pour nous, sur le plan de la sensibilisation, ce sont toujours les mêmes consignes qui reviennent: rester dans les sentiers balisés, ne pas s’aventurer un peu partout sur les plans d’eau, garder la droite dans les sentiers, respecter les limites de vitesse, respecter les règlements des différentes municipalités, éviter de faire de la motoneige la nuit et s’assurer avant de partir pour de longues randonnées d’avertir les proches du parcours et de la destination et de toujours avoir avec soi des trousses de secours autant pour l’aspect bris mécanique que pour l’aspect survie (nourriture, breuvage, bougie, allumettes). » 

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer