Partager:
6 février 2020

Guénette

La Fondation Florès remet 20 000$ à l’organisme Au Cœur de l’Arbre

Réunis dans l’ancienne salle des Loisirs de Guénette (Lac-des-Écorces), Pierre Mc Cann, Richard Dugré et Marc Grenier (copropriétaire de Belvédère Nissan avec Bruno Marsolais à Mont-Laurier) ont remis le 29 janvier un chèque de 20 000$ à l’organisme Au Cœur de l’Arbre au nom de la Fondation Florès.

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Marc Dugré, ainsi que Pierre Mc Cann et Marc Grenier, de la Fondation Florès, entourent l’agente de développement et la directrice de l’organisme Au Cœur de l’Arbre, Sylvie Lyrette et Mélanie Barabé.
Marc Dugré, ainsi que Pierre Mc Cann et Marc Grenier, de la Fondation Florès, entourent l’agente de développement et la directrice de l’organisme Au Cœur de l’Arbre, Sylvie Lyrette et Mélanie Barabé.
© (Photo L’info de la Lièvre – Simon Dominé)

Ce qu’il faut retenir

La somme de 20 000$ servira pour les frais fixes de l’organisme, mais aussi pour les investissements non récurrents, comme le mobilier. 

Mis sur pied en 2017, l’organisme Au Cœur de l’Arbre se donne pour mission d’offrir un lieu de répit aux parents d’enfants avec ou sans diagnostic, mais aussi un lieu de rencontre, d’échanges et d’intervention pour les familles. Il dessert toute la MRC d’Antoine-Labelle et ses locaux sont situés dans l’ancienne salle des Loisirs, au 744 chemin de Guénette à Lac-des-Écorces. 

De son côté, la Fondation Florès a 35 ans. Elle se mobilise pour soutenir les personnes vivant avec une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l'autisme ou un trouble grave de santé mentale, ainsi que leurs proches. Son territoire de couverture s’étend de Blainville à Mont-Laurier. 

Ce qu’ils ont dit

« Notre préoccupation, c’est de donner une chance au coureur, parce que c’est difficile de partir un organisme communautaire et voir si, avec ça, ça leur permet de passer à une autre étape, de dire notre fonctionnement est payé, on va passer à l’action vraiment des opérations. Dans le fond, nous ce qu’on veut voir, c’est une offre de services qui va aller en augmentant graduellement. Notre œil va être là-dessus en bout de ligne. » – Richard Dugré, vice-président de la Fondation Florès

« J’ai vraiment bâti Au Cœur de l’Arbre pour toutes les familles avec ou sans diagnostic. Quand les enfants ont un diagnostic, les parents sont plus vulnérables, mais pour X raisons, un parent en dépression, en séparation, ça se peut qu’il ait besoin de répit aussi. » – Mélanie Bararbé, fondatrice et directrice d’Au Cœur de L’Arbre

« Des parents épuisés, c’est moins patient, ça se détache émotivement, ça tombe dans la négligence, bref, ça fait des dégâts. Des fois, ça va jusqu’à des placements parce que les parents sont vraiment à bout. (…). Moi-même je l’ai vécu l’épuisement parental. En 2015, ça allait de soi. Je me suis assise et j’ai dit : faut partir une maison de répit. » – Mélanie Bararbé, fondatrice et directrice d’Au Cœur de L’Arbre

Faits saillants

En 2020, les objectifs de l’organisme sont d’augmenter l’offre de services, de se faire connaître davantage auprès des familles vivant dans la MRC d’Antoine-Labelle et d’atteindre une stabilité financière. Un des enjeux est celui du transport dans une MRC défavorisée comme celle d’Antoine-Labelle. 

La Fondation Florès s’occupe d’une maison de répit à Blainville, mais souhaitait s’investir aussi dans la région de Mont-Laurier. Elle organise des activités de financement dans les Laurentides : une activité vin et fromage depuis trois ans qui lui ramène de 35 à 40 000$ et un tournoi de golf depuis l’an passé, qui a rapporté 17 000$. Le prochain aura lieu le 2 juin prochain. 

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer