Partager:
13 février 2020

Forum sur le patrimoine religieux

Garder ou démolir nos églises? De l’argent pour y réfléchir

Notre région compte environ dix églises fermées, vendues ou en cours de l’être. La situation préoccupe le milieu au point que la MRC Antoine-Labelle a organisé, le 6 février dernier à Mont-Laurier, un forum sur le patrimoine religieux qui mettait en relief la situation des bâtiments religieux des Hautes-Laurentides avec le reste du Québec. Des exemples de reconversions d’églises réussies ont été démontrés lors du forum ainsi que les possibilités de financer de tels projets.

Hélène Desgranges , Journaliste

Une des églises de la MRC d’Antoine-Labelle, celle de Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles.
Une des églises de la MRC d’Antoine-Labelle, celle de Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles.
© (Photo L’info de la Lièvre – Archives)

Ce qu’il faut retenir

Animé en partie par le Conseil du Patrimoine du Québec, l’activité de réflexion sous forme de forum intitulé « Églises en mutation » a attiré plusieurs élus, représentants de fabriques mais aussi des citoyens ou gens intéressés au développement régional. 

L’information au sujet d’un nouveau programme financier du ministère de la Culture et des Communications a été expliquée. Ce fonds pourrait aider la réflexion des milieux qui ont sur leur territoire une église fermée, vendue ou en voie de l’être. 

L’activité a répondu aux attentes de plusieurs acteurs du milieu qui désiraient plus d’outils et d’information pour trouver des avenues possibles au phénomène de transformation des églises.

Ce qu’ils ont dit 

« Le forum permettra, je l’espère, de réfléchir sur des solutions innovantes et porteuses pour une réappropriation collective de ce précieux patrimoine. L’occasion est tout appropriée pour laisser place à notre créativité. » – Gilbert Pilote, préfet de la MRC d’Antoine-Labelle

« Le forum parlera des bâtiments mais les objets religieux sont aussi importants. Il y a toute une génération qui n’a pas le vocabulaire ni la connaissance quand ils entrent dans une église. » – Andréanne Jalbert Laramée, Conseil du patrimoine religieux du Québec

« Ce fut une journée riche en réflexion mais aussi en information sur les démarches, les étapes, les possibilités, les fonds disponibles. La présence de l’évêque nous a donné la vision de l’église. L’Église de Notre-Dame-de-Pontmain n’est pas en danger présentement mais il ne faut pas attendre que la crise arrive et se mettre la tête dans le sable, ces bâtiments sont au cœur de nos municipalités et il faut les faire vivre. » –  Francine Laroche, mairesse de Notre-Dame-de-Pontmain

Faits saillants

Le terme « Églises en Mutation » est l’expression la plus appropriée trouvée par le Conseil du Patrimoine Religieux du Québec pour exprimer les changements que vit le milieu depuis 50 ans.

630 églises sont présentement en mutation au Québec, ce qui représente le quart des églises de la province. Présentement, 39 églises par an ferment leur porte au culte religieux régulier.

C’est dans les Laurentides que l’on compte le plus d’églises en mutation au Québec avec un taux de 36%. 

Ce sont les églises construites entre 1945 et 1975 qui ont été les plus vendues ou modifiées dans les dernières années dû, entre autres, à leur volumétrie plus accessible pour de nouveaux usages. Plusieurs bâtiments religieux de notre secteur font partie de cette catégorie.

Un nouveau programme d’aide financière accessible autant aux municipalités, organismes qu’aux privés a été annoncé lors du forum. En deux volets, il pourrait être accessible aussi aux bâtiments qui ont une côte moindre tel qu’on en retrouve en grande majorité sur notre territoire.

Le premier volet servira à soutenir les premières étapes de réflexion des groupes voulant requalifier leurs églises et réfléchir à leur avenir. 

Le deuxième volet, quant à lui, sera une aide financière pouvant atteindre 50% des coûts de travaux ou de remise aux normes pour la requalification d’un bâtiment. Le programme d’aide financière est prêt à être publié. Il devrait être mis en ligne d’ici quelques jours par le ministère de la Culture et des Communications.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer