Partager:
13 février 2020

Enfant oublié dans un autobus scolaire

Une maman lance un cri du cœur

La maman d’un jeune enfant oublié pendant deux heures dans un autobus scolaire le 6 janvier dernier à Mont-Laurier lance un cri du cœur : elle aimerait que des mesures de sécurité plus sévères soient instituées afin qu’aucun autre parent n’ait à faire l’expérience de l’angoisse qu’elle et son fils ont ressenti ce jour-là. 

Simon Dominé , Rédacteur en chef

(Photo L’info de la Lièvre – Archives)
(Photo L’info de la Lièvre – Archives)

L’info avait révélé cette histoire dans son édition du 22 janvier. Caroline Monette, la maman, n’a pas apprécié que la Commission scolaire Pierre-Neveu (CSPN) pointe du doigt la compagnie d’autobus qui transportait son enfant. 

Elle dit comprendre la frustration ressentie par le propriétaire, Daniel Lachaîne. « Je trouve qu’il fait bien de se défendre. C’est pas lui qui est à blâmer en premier lieu dans l’histoire », a-t-elle mentionné à L’info le 29 janvier. 

« Moi, j’ai confié mon gars à l’école, pas au chauffeur d’autobus. »

Caroline Monette

Même si son petit garçon de cinq ans semble avoir repris le dessus, l’expérience l’a marqué. 

Sa grand-mère, Suzie Miron, raconte : « Tu vois que ça l’a touché, parce que quand il est arrivé à la maison, la première affaire qu’il a fait, c’est un dessin ». Et la maman d’ajouter : « Il a dessiné l’école, l’autobus et il a fait un gros, gros cœur avec une ligne; un cœur brisé ». 

Deux jours après l’incident, il a refusé d’aller à l’école, ce qui a poussé Mme Monette à lui faire consulter une psychologue. « Tranquillement, elle va le ramener dans l’autobus. Il a eu peur », mentionne la maman.  

Sans vouloir « taper sur la tête » à qui que ce soit dans cette affaire, les deux femmes espèrent que des mesures plus strictes seront mises en place par les services de garde qui encadrent les enfants lors des sorties scolaires. 

« Toi, oublie ton gars ou ta fille dans ton auto, tu vas avoir des représailles », fait remarquer Mme Miron. 

Mme Monette affirme s’être entretenue de l’affaire au téléphone avec le directeur de l’école Sacré-Cœur, ainsi qu’avec Jacinthe Fex, directrice du Service du secrétariat général, du transport et des résidences à la Commission scolaire Pierre-Neveu (CSPN).

« Le directeur de l’école m’a appelé hier. Il disait qu’en premier lieu, c’était la faute du service de garde et que la madame a eu une lettre officielle, comme quoi si une affaire comme ça se reproduisait, elle perdait son emploi », a raconté la maman, qui ne souhaite pas que cela arrive.  

« Mme Fex, ce qu’elle m’a dit, c’est qu’il y avait déjà des protocoles mis en place. Ils ont fait un “ refresh ” dans le fond », a -t-elle ajouté. 

Questionnée par L’info à savoir si la méthode d’encadrement des enfants allait être améliorée, Mme Fex a eu cette réponse : « le suivi nécessaire a été fait auprès de la famille, à leur satisfaction ».

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer