Partager:
10 mars 2020

Le Match des Étoiles de la LIMOL

« Rocambolesque! », selon l’arbitre Dominic Bel

Le 4 mars dernier, c’est à l’Espace Théâtre que s’est déroulé le Match des Étoiles 2020 de la LIMOL. Deux équipes composées des joueurs s’étant le plus démarqués depuis le début de la saison s’affrontaient sous l’arbitrage de Dominic Bell et le regard d’une assistance record de près de 300 spectateurs.

Murielle Yockell , Journaliste

Pour ce match spécial, l’équipe des Bleus réunissait Nicolas Huberdeau, Antoine Quevillon, Valérie Panneton, Mélanie Lucas, et Billie Piché.
Pour ce match spécial, l’équipe des Bleus réunissait Nicolas Huberdeau, Antoine Quevillon, Valérie Panneton, Mélanie Lucas, et Billie Piché.
© (Photo L’info de la Lièvre – Murielle Yockell)

« La seule fois où on a accoté ce record, c’était quand on l’avait fait la première fois à l’Espace Théâtre. Comme c’était nouveau, les gens étaient curieux et ils ont été plusieurs à répondre à l’appel », se rappelle Mathieu Ladouceur.   

Les joueurs offraient une belle représentation des quatre équipes de la ligue d'improvisation, soit : trois de La Montoise, même chose pour El Diablo, deux de La Frousse et deux autres de La Brune. Reconnus pour maîtriser plusieurs facettes artistiques, ils se sont vu proposer par l’arbitre des épreuves à la hauteur de leur talent. 

Match des Étoiles

Pour la première fois, le Match des Étoiles était présenté au cours de la semaine de relâche scolaire pour des raisons d’horaire, de disponibilité de salle, en plus de donner la chance aux jeunes familles de la région d’assister au spectacle durant un jour de semaine. Cela explique probablement le record d’assistance obtenue, car effectivement, il y avait beaucoup de jeunes spectateurs dans la salle, dont certains venaient d’aussi loin que L’Ascension, Rivière-Rouge et Notre-Dame-de-Pontmain.

Concernant la formule utilisée, la ligue a suivi son concept style. « On a gardé notre traditionnelle façon de faire parce que cela nous réussit très bien, c’est-à-dire deux périodes, deux équipes qui s’affrontent avec des catégories plus le fun », rapportait Billie Piché.

La LIMOL

Pour cette année, la ligue a maintenu sa vitesse de croisière : « On a des matchs-bénéfices au profit des organismes qui s’inscrivent auprès de la ligue; on a des matchs réguliers, des matchs spéciaux à l’Espace Théâtre (Match de la Saint-Valentin, Match avec des équipes invitées, etc.). Tout cela revient année après année, mais vu que les joueurs, la composition des équipes et les matchs changent régulièrement, cela permet à la ligue de se renouveler même si la formule reste la même », soutenait Billie Piché.

Il y aura peut-être de nouveaux concepts pour l’an prochain, prévoit Mathieu Ladouceur. « C’est la 5e année et, honnêtement, le succès ne semble pas ralentir (…), mais il faudrait peut-être se renouveler un petit peu. On va changer quelques formules tout en gardant l’ambiance de la LIMOL et de son cadre. Cela se pourrait qu’on réinvente un petit peu la roue pour assurer la relève, présenter de nouveaux concepts et décloisonner un peu le concept de l’arbitre qu’on n’aime pas… On ne sait pas! », narguait Mathieu Ladouceur sur ce dernier point. « Ça, c'est des hypothèses », intervenait rapidement à ce moment Billie Piché.

La culture de l’impro s’enracine de plus en plus dans la région, a constaté Mathieu qui est responsable d’une cohorte de joueurs d’improvisation à la polyvalente Saint-Joseph de Mont-Laurier. « La polyvalente a son équipe depuis quelques années et c’était sa première participation à un tournoi cette année. Depuis quatre ans, des équipes collégiales participent aux tournois et on a donné une formation dans une école primaire de L’Ascension et, hier soir, on y a fait un match. C’est un mandat qu’on s’est donné à la ligue de se répandre sur le territoire de la MRC d’Antoine-Labelle, même si le côté logistique est plus difficile pour nous à peaufiner. Quand on charge un prix, c’est surtout pour payer le coût de l’essence et les repas des bénévoles, parce que ce n’est pas pour l’argent; on est un organisme à but non lucratif. »

Le mot de l’arbitre

« C’est une ligue en évolution et c’est le fun de voir l’évolution de la ligue. D’où on est parti et où on est rendu, on voit que les joueurs ont beaucoup progressé. Ça me permet d’amener des choses différentes et de leur faire faire des choses plus poussées et ils répondent super bien. C’est génial! », a pour sa part commenté l’arbitre Dominic Bell.

Partager:

Murielle Yockell , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer