Partager:
17 mars 2020

Auteure originaire de Nominingue et ex-enseignante

Marie Paquette publie Aux limites de la dérive

Après la publication des deux tomes de Remous au lac des Dunes et Natalia, à la croisée des chemins, l’auteure Marie Paquette arrive avec un 5e roman, Aux limites de la dérive, publié chez les Éditions de L’Apothéose.

Ronald McGregor , journaliste Info du Nord

L’auteure de Saint-Faustin-Lac-Carré Marie Paquette est originaire de Nominingue. Elle a tout récemment publié son 5e roman, Aux limites de la dérive.
L’auteure de Saint-Faustin-Lac-Carré Marie Paquette est originaire de Nominingue. Elle a tout récemment publié son 5e roman, Aux limites de la dérive.
© (Photo L’info du Nord – Archives)

Marie Paquette pond pour ainsi dire un roman par année depuis 2015, ce qui fait d’elle l’une des plus prolifiques de la grande région. Avec cette dernière publication, celle qui ne désire donner à ses lecteurs que « de bons moments de loisirs en leur offrant des histoires contemporaines, motivantes où les sentiments humains des personnages rejoignent ceux des lecteurs », présente un récit où valsent la haine et l’amour et où la vengeance nargue le pardon.

Cette aventure est celle de Simon Fredette, un adolescent des Laurentides (de Mont-Blanc très précisément, une municipalité fictive fortement inspirée de Saint-Faustin-Lac-Carré). Alors qu’il est en fugue, il est pris en charge par Johnny Summer, directeur du cirque Amusements-Plus. Vingt années passent, puis le mentor de Simon prend la décision de lui confier les rênes du cirque. Sauf que le passé de Simon revient le hanter au plus profond de son âme, au point qu’il ne peut plus fuir. Le voilà dans une voie qui lui fait revisiter son enfance. 

« Tenter de découvrir la vérité sur un événement marquant qui a provoqué sa fuite de Mont-Blanc, faire enquête, découvrir le coupable et punir le fautif. Il en fera sa mission », raconte l’auteure. Est-ce que Simon Fredette trouvera un jour cette paix durable, si chère à l’homme?

En parallèle avec l’actualité?

La fugue chez les adolescents est toujours d’actualité. Est-ce que Marie Paquette s’est inspirée des événements médiatisés encore récemment? « Pas du tout, répond-elle. J’avais commencé un roman avant que l’on médiatise le sujet en 2018. Je m’étais inspirée de l’histoire d’une voisine dans ma jeunesse, une femme que je disais presque battue. Un sujet d’actualité, mais après cinq chapitres, j’ai tout perdu dans mon ordinateur. Je me suis dit que ce n’est peut-être pas l’histoire que je devais écrire, donc. »

C’est de retour d’un voyage en Birmanie avec son conjoint que la trame du nouveau roman a émergé.

Rencontrer l’auteure

Marie Paquette sera en séance de dédicace à la librairie Carpe Diem de Mont-Tremblant (814-6 rue de Saint-Jovite), le 28 mars de 10h à 17h. C’est le moment idéal pour se procurer l’ouvrage, comme dans d’autres librairies. On peut aussi commander directement à l’auteure par voie de courriel à marie42@hotmail.com

Qui est Marie Paquette?

Native de Nominingue, Marie Paquette entreprend des études à l’école normale de Mont-Laurier puis à l’UQAH où elle obtient un baccalauréat en enseignement élémentaire et préscolaire. Elle enseigne durant 30 ans à Nominingue et Rivière-Rouge avant de prendre sa retraite en 1997. En 2011, elle publie son autobiographie, Les deux vies de Marie, avant d’entreprendre la rédaction de son premier roman, La Villa des Mésanges, qui voit le jour en 2015.

Partager:

Ronald McGregor , journaliste Info du Nord

  • Courriel

À ne pas manquer