Partager:
28 mai 2020

Coopérative forestière des Hautes-Laurentides

Difficultés et vente d’actifs

La Coopérative forestière des Hautes-Laurentides vit actuellement des moments très difficiles. Sur un ordre de la cour, les actifs de l’entreprise sont actuellement en vente afin de rembourser les dettes de cette dernière. Toutefois, dans la région, de nombreux efforts sont déployés pour que les contrats gouvernementaux soient maintenus dans la MRC d’Antoine-Labelle.

Kathleen Godmer , journaliste

Les bureaux de la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides.
Les bureaux de la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides.
© (Photo L’Info de la Lièvre – Kathleen Godmer)

Ce qu’il faut retenir

La vente des actifs de la Coopérative ne signifie pas nécessairement la fermeture de celle-ci, car la ou les personne(s) qui se porteront acquéreur pourront continuer les activités. Ce qui est souhaité, c’est justement la reprise et le maintien en poste des gens.

Des efforts considérables ont été déployés depuis plus d’un an par l’équipe de direction, le conseil d’administration de la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides ainsi que plusieurs élus afin d’éviter cette situation malheureuse.

Plusieurs millions de dollars en contrats sont donnés par le gouvernement à la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides pour des travaux en forêt publique. Les élus locaux se mobilisent afin de s’assurer que ces contrats continuent à être réalisés par des entreprises de la MRC d’Antoine-Labelle.

Ce qu’ils ont dit

« Même si ça change de mains, le travail que fait la Coop, dans ses divers champs d’activité, est nécessaire. Habituellement, on garde les gens déjà en place qui sont bons dans ce qu’ils font. C’est sûr que c’est compliqué et que ça peut avoir du négatif de repartir ça et de changer ce qui était établi. […] Ce n’est pas parce qu’on vend pour des millions de dollars qu’on fait des profits qui se calculent en million. Dans le cas de la coopérative, il y avait des services qui étaient plus rentables que d’autres. Les contrats gouvernementaux le sont habituellement, car le gouvernement s’assure de payer d’une façon juste les gens. L’entreprise prend donc d’autres risques ailleurs et c’est là, que parfois, que les profits ne sont plus au rendez-vous. » - Frédéric Houle, directeur général du CLD

« L’occupation dynamique des territoires du Québec est une grande richesse sur laquelle le gouvernement actuel mise pour construire le Québec de demain. Il faut absolument que le volume d’affaires octroyé par le gouvernement à la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides soit confié à une entreprise qui a ses principales activités sur notre territoire. La poursuite de notre croissance économique repose sur le maintien des acquis. » - Gilbert Pilote, préfet

« Les actifs de la Coop vont être vendus. Un des actifs est le contrat avec le gouvernement. Il y a des gens, des locaux, qui souhaitent minimiser les impacts pour la région en se portant acquéreurs de ces contrats et en les réalisant. Ils ne désirent pas tout fermer et que tout le monde perde son argent. Il y a aussi des gens de l’extérieur qui sont intéressés, mais qui risquent de venir prendre ici seulement ce qui est bon et laisser le reste. Ce n’est pas ce qu’on veut et c’est pour ça qu’on y met tant d’efforts. De plus, avec les élus de la région, on souhaite garder les retombées économiques liées à la Coop comme par exemple l’achat d’essence, de pièce ou autres. » - Frédéric Houle

Faits saillants

La Coopérative forestière des Hautes-Laurentides, créée en 1978, a employé 287 personnes durant l’année 2019 qui ont travaillé plus de 175 000 heures.

Les principales activités de l’entreprise sont la production de plants pour la plantation forestière, les travaux relatifs au reboisement et à la régénération naturelle de la forêt et jusqu’à tout récemment à la récolte forestière et plusieurs autres activités complémentaires.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer