Partager:
7 juillet 2020

Façade de la cathédrale

Changement de plan pour l’avenir du mur

Le 2 juillet, on apprenait que les plans concernant la façade de la cathédrale avaient changé. Le premier scénario proposé avant la COVID-19 et dont on avait peu entendu parler ne tient plus et le comité de sauvegarde passe maintenant au plan B. 

Kathleen Godmer , journaliste

C’est dans les prochaines semaines qu’on devrait savoir en détail ce qu’il adviendra du mur de façade à l’entrée de la cathédrale de Mont-Laurier.
C’est dans les prochaines semaines qu’on devrait savoir en détail ce qu’il adviendra du mur de façade à l’entrée de la cathédrale de Mont-Laurier.
© (Photo L’info de la Lièvre – Archives)

« Maintenant, on ne dit plus la façade, mais bien l’entrée. Ça fait qu’on ne considère plus ça comme un simple mur, mais comme une partie intégrante de la cathédrale. On le voit comme un tout », a affirmé l’abbé Gilbert Ndayiragije, curé de la cathédrale de Mont-Laurier.

Juste avant l’arrivée de la COVID-19, qui a mis le dossier sur pause, le comité s’était rencontré et avait un premier scénario de solution.

Rappelons que le comité est composé de représentants des bureaux des députées (fédérale et provinciale), de la MRC d’Antoine-Labelle, de la Ville de Mont-Laurier, du CLD, de la Chambre de commerce, de la Société d’histoire et généalogie des Hautes-Laurentides, de la Fabrique de la paroisse, du diocèse de Mont-Laurier et de la firme d’architectes Amélie Poulin. Ce comité s’était donné comme mission de sauver la façade.

Le scénario qui avait été retenu était de trouver un organisme qui deviendrait propriétaire de la façade et qui serait en mesure d’aller chercher des subventions pour la mise en place d’un projet qui intégrerait le mur de façade. La Société d’histoire et généalogie des Hautes-Laurentides s’était donc montrée intéressée.

« Comme il fallait céder la façade à cet organisme et que cette cession hypothéquerait la cathédrale et les sépultures des évêques qui y sont enterrés, car avec un autre propriétaire, une autre vocation s’ajouterait au lieu de culte, ça n’a pas pu se réaliser. L’évêque n’a pas pu donner l’autorisation de céder l’entrée de la cathédrale », a expliqué l’abbé Gilbert.

Comme cette première idée a dû être abandonnée, les plans changent. « Le plan B est qu’on va faire venir les professionnels du patrimoine; un ingénieur et un architecte spécialisés dans ce qui est patrimonial et eux vont être en mesure de nous éclairer sur ce qu’on garde. Une espèce de compromis entre la restauration complète et la destruction du mur », a précisé l’abbé Gilbert.

Présentement, le comité est encore une fois sur pause et reprendra du service lorsque les professionnels consultés auront rendu leur verdict. Le tout devrait se faire dans la semaine du 6 juillet et peu après, il sera possible de savoir ce qui sera fait. On prévoit donc une période de soumissions à l’automne prochain. On se réserve l’hiver pour amasser des fonds et on espère le début des travaux au printemps 2021.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer