Partager:
9 juillet 2020

Pour l’année 2020-2021

Le gouvernement fédéral anticipe un déficit de 343,2 milliards de dollars

La pandémie de Covid-19 provoque le plus grave déficit au Canada depuis la Grande Dépression (1929-1939). Le ministre des Finances, Bill Morneau, a estimé qu’il atteindrait au moins 343,2 milliards en 2020-2021. 

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Le gouvernement de Justin Trudeau a dévoilé le 8 juillet que le déficit anticipé pour l’année 2020-2021 serait d’au moins 343,2 milliards de dollars.
Le gouvernement de Justin Trudeau a dévoilé le 8 juillet que le déficit anticipé pour l’année 2020-2021 serait d’au moins 343,2 milliards de dollars.
© (Photo L’info de la Basse-Lièvre – Yannick Boursier)

Lors d’une mise à jour très attendue du portrait économique et budgétaire le 8 juillet dernier, le ministre Morneau a expliqué que les économistes du secteur privé s’attendaient à ce que l’économie se contracte de 6,8% cette année, avant de remonter de 5,5% l’année suivante.

La pandémie, qui a frappé de plein fouet le Canada à la mi-mars, a entraîné des pertes d’emplois ou des réduction d’heures de travail massives d’un océan à l’autre: 5,5 millions de Canadiens (30% de la population active) ont été touchés.

Lors de sa présentation, le ministre des Finances a qualifié la crise de la Covid-19 de « contraction économique la plus vaste et la plus soudaine que l’on ait connu depuis la Grande Dépression ».

Couplées à la dégradation des perspectives économiques, les mesures d’aide d’urgence consenties par le gouvernement fédéral pour aider les Canadiens à surmonter cette mauvaise passe donnent un déficit public projeté de 343,2 milliards de dollars.

Le ministre Morneau a prévenu que « le chemin de la reprise demeure long et incertain ».

Le point de vue des chambres de commerces au Québec

La Fédération des chambres de commerces du Québec (FCCQ) a pris acte du déficit et espère maintenant un plan budgétaire avec des mesures structurantes pour assurer la relance de l’économie.

Le PDG de la FCCQ, Charles Milliard, a rappelé que lorsque « l’économie tournait à plein régime », elle réclamait aux gouvernements le retour à l’équilibre budgétaire afin d’être en mesure d’affronter une éventuelle tempête. « Nous y sommes », a-t-il asséné.

Pour lui, l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) est un échec en raison de « critères trop restrictifs ».

Il a également dans son viseur la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et la Prestation canadienne d’urgence pour étudiants (PCUE). « Dans sa forme actuelle, le programme ne représente pas un incitatif au travail et complique le recrutement de travailleurs », déplore-t-il.

Bill Morneau vante l’action du gouvernement fédéral

« Notre gouvernement a compris, dès le début de cette pandémie, que notre rôle était d’intervenir pour appuyer les Canadiens et stabiliser l’économie. Grâce à nos investissements, les Canadiens et les entreprises canadiennes, au lieu de se noyer dans les dettes et de fermer boutique, seront mieux placés pour s’en sortir », a déclaré le ministre des Finances, Bill Morneau.  

Une « solution simpliste » au déficit, selon le Bloc

Le porte-parole du Bloc Québécois en matière de finances, Gabriel Ste-Marie, juge que le gouvernement Trudeau adopte une « solution simpliste »: « On ne parle pas de hausse de revenus. Le message aujourd’hui du gouvernement est clair: les géants du web, les banques et les multinationales qui ne paient pas leurs impôts pourront continuer à ne pas payer leurs impôts ».

Andrew Scheer voit rouge

Le chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Andrew Scheer, s’en est pris à Justin Trudeau. « Nous avons le taux de chômage le pus élevé du G7. Nous sommes le seul pays du G7 à avoir perdu sa cote de crédit AAA. Et nous sommes le seul pays du G7 sans plan de reprise. Depuis cinq ans, les libéraux de Trudeau abandonnent complètement leurs cibles budgétaires. Le ratio de la dette au PIB augmente, le déficit a explosé de 343,2 milliards de dollars et les libéraux ont complètement perdu le contrôle de la dette fédérale, qui atteindra pour la première fois mille milliards de dollars cette année », a sermonné le chef de l’Opposition officielle.

Le NPD veut faire payer les « ultra-riches »

Du côté du Nouveau Parti démocratique (NPD), le porte-parole en matière de finances, Peter Julian, a balayé d’un revers de la main les « vieilles idées de coupures massives »: « Nous avons la possibilité de faire les choses autrement. Nous pouvons empêcher les riches PDG de grandes entreprises d’utiliser les paradis fiscaux à l’étranger, nous pouvons faire payer un peu plus les ultra-riches, et nous pouvons bâtir un système équitable pour tout le monde à travers le pays ».

« Une leçon pour l’humanité »

Les Verts voient dans la Covid-19 « une leçon pour l’humanité » sur laquelle elle doit bâtir afin de survivre à l’urgence climatique. « Nous sommes d’accord avec le gouvernement pour dire que le Canada est bien placé pour se remettre sur pied. Pour ce faire, nous devons mettre en place un programme audacieux et transformateur. Nous devons réimaginer notre avenir », a commenté la cheffe par intérim du Parti vert, Jo-Ann Roberts.

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer