Partager:
30 juillet 2020

Chute-Saint-Philippe

Station de lavage d’embarcations et nouveau règlement

Suite à l’adoption d’un nouveau règlement relatif au lavage obligatoire des embarcations et de leurs accessoires afin d’assurer la protection et la conservation des lacs et cours d’eau, la Municipalité de Chute-Saint-Philippe a déposé une demande d’aide financière dans le cadre du programme Accès aux plans d’eau pour la pêche récréative – Volet B : Station de nettoyage d’embarcations. 

Kathleen Godmer , journaliste

Comme les élus avaient accepté, lors de la période de prévision budgétaire 2020 à l’automne dernier, d’investir la totalité de ce montant, l’aide financière serait la bienvenue, mais avec l’argent économisé, le projet ira de l’avant quand même, sans aide financière.
Comme les élus avaient accepté, lors de la période de prévision budgétaire 2020 à l’automne dernier, d’investir la totalité de ce montant, l’aide financière serait la bienvenue, mais avec l’argent économisé, le projet ira de l’avant quand même, sans aide financière.
© (Photo gracieuseté)

« Il y a plus de dix ans, la Municipalité avait construit une station de lavage des embarcations et adopté un règlement obligeant les plaisanciers à le faire. Toutefois, les descentes publiques (4) étaient barrées. Pour avoir vécu cet épisode, les gens n’étaient pas aussi conscientisés au problème d’aujourd’hui et cette façon de faire apportait un lot de frustrations de même que des coûts de réparations et d’entretien élevés, car il y avait eu des épisodes de vandalisme sur les installations. Ce fonctionnement a duré deux saisons pour ensuite conserver le règlement de lavage des embarcations gratuitement, mais en ne contrôlant plus les descentes publiques », a raconté Éric Paiement, directeur général.

Selon M. Paiement, jusqu’à l’an dernier, cette façon de faire fonctionnait bien, mais n’était pas optimum, puisque les mises à l’eau demeuraient accessibles et qu’il n’y avait pas vraiment de personnel attitré à l’application de ce règlement. Une bonne quantité de gens mettaient donc leurs embarcations à l’eau sans les avoir préalablement lavées.

Des riverains veulent plus de contrôle

Le 6 novembre dernier, l’Association des Riverains du lac Rochon a demandé une rencontre avec les élus de Chute-Saint-Philippe, conjointement avec ceux de Lac-Saint-Paul pour demander de barrer les accès au lac Rochon.

« Au courant des dernières années, la position du conseil municipal en matière de lavage des embarcations était que le lavage des embarcations ne pouvait régler tous les risques liés à la transmission des algues envahissantes et qu’il ne souhaitait pas privatiser les lacs en barrant les accès publics et en instaurant des frais de lavage.

Cependant, lors de la rencontre avec l’association au mois de novembre dernier, la Municipalité de Chute-Saint-Philippe s’était tout de même engagée à contrôler les accès publics, et ainsi obliger les plaisanciers à laver leurs embarcations, le tout gratuitement et sans restreindre l’accès, donc, offrir une station de lavage accessible 24 heures par jour, 7 jours sur 7 », a expliqué M. Paiement.

Dans cette optique, la Municipalité a demandé à l’Association de promouvoir le nouveau règlement et la station de lavage en conscientisant leurs membres et lui a fait savoir qu’il existe des politiques de navigation en vigueur sur le territoire de la MRC D’Antoine-Labelle, dont au lac Nominingue, entre autres, et qu’apparemment, cette politique fonctionne très bien en matière de sensibilisation et de respect concernant la navigation. La Municipalité incitait donc l’Association à s’en inspirer et répéter cet exercice qui serait possiblement aussi concluant au lac Rochon.

« Dès que nous avons débuté nos démarches pour le projet de lavage d’embarcation en 2020, la crise du COVID-19 est venue tout retarder, principalement dû à la fourniture de matériel et la disponibilité des entrepreneurs. Un tel projet, 100% autonome et pouvant être accessible en tout temps comporte de très gros frais et le programme d’aide financière nous est apparu durant sa mise en place, d’où l’adoption de la résolution le 9 juin dernier » a précisé M. Paiement.

Puisque la station était existante, mais qu’on souhaitait la rénover et l’améliorer, une demande d’aide financière a été déposée au montant de 16 980$, qui pourrait être subventionné à la hauteur de 75%. @R:Cependant, le directeur général a confié que « pour avoir discuté avec un fonctionnaire responsable de ce programme, les objectifs de notre station de lavage ne cadreraient pas avec ceux demandés, ce qui laisse présager un refus ».

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer