Partager:
23 septembre 2020

Chasse aux oiseaux migrateurs

22 chasseurs en infraction pris par les agents de la faune

Les agents de la faune ont pris dans leur filet 22 chasseurs d’oiseaux migrateurs en infraction les 19 et 20 septembre dernier, dans le cadre de l’opération « Sarcelle ». Certains des gestes reprochés se sont produits dans les Hautes-Laurentides. 

Simon Dominé , Rédacteur en chef

Les agents de la faune ont saisi 28 canards dans le cadre de l’opération Sarcelle, qui s’est déroulée à la grandeur des Laurentides.
Les agents de la faune ont saisi 28 canards dans le cadre de l’opération Sarcelle, qui s’est déroulée à la grandeur des Laurentides.
© (Photo gracieuseté – MFFP)

Les agents de la faune étaient postés à divers secteurs de la rivière du Diable et de la rivière des Outaouais, mais aussi dans les municipalités de Brébeuf, Saint-Jovite, Grenville-sur-la-Rouge, La Minerve, Oka et Saint-Eustache.

Parmi les 52 chasseurs qui ont été contrôlés, 22 avaient commis une infraction à la réglementation sur les oiseaux migrateurs ou à la Loi sur l’immatriculation des armes à feu (LIAF).

D’après Sylvain Carrier, relationniste de presse au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), plusieurs infractions ont été commises sur le territoire de la MRC d’Antoine-Labelle. Les autres se sont produites dans les MRC des Laurentides, d’Argenteuil, de Mirabel et de Deux-Montagnes.

En tout, 34 infractions ont été constatées par les agents de la faune, qui ont également saisi 28 canards et remis 11 avis aux contrevenants.

Cette opération conjointe des bureaux de Labelle et de Saint-Jérôme a mobilisé 14 agents de la faune. Selon les informations rendues publiques par le MFFP, « Sarcelle » avait été soigneusement planifiée et répondait à des signalements émis par des citoyens depuis plusieurs années. L’opération visait expressément à contrer l’appâtage de sites où se pratique la chasse aux oiseaux migrateurs.

« Sous réserve d’un plaidoyer de culpabilité, les chasseurs se verront dans l’interdiction de solliciter un permis de chasse aux oiseaux migrateurs pour une durée de 12 mois à compter du jugement rendu », précise le MFFP.

Les palais de justice de Mont-Laurier et de Saint-Jérôme seront impliqués pour les suites judiciaires.

Les infractions reprochées

Avoir chassé l’oiseau migrateur dans un endroit où un appât a été déposé

Avoir chassé l’oiseau migrateur sans permis

Avoir eu illégalement en sa possession un oiseau migrateur

Avoir chassé un oiseau migrateur au moyen d’un fusil de chasse dont le magasin n’a pas été obturé

Avoir eu en sa possession de la grenaille toxique en vue de chasser l’oiseau migrateur et/ou avoir chassé en utilisant de la grenaille toxique

Avoir en sa possession une arme à feu non immatriculée conformément à la LIAF

Pour contacter S.O.S Braconnage

Les citoyens peuvent signaler tout acte de braconnage ou geste allant à l'encontre de la protection de la faune et de ses habitats en communiquant avec S.O.S. Braconnage au numéro sans frais 1 800 463-2191 ou avec le bureau de la protection de la faune le plus près de chez eux. Ce service est gratuit et confidentiel.

Partager:

Simon Dominé , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer