Partager:
23 octobre 2020

LHJNQ

La saison ne débutera pas avant le 15 novembre

Dans le contexte incertain de la Covid-19, la Ligue de Hockey Junior du Nord du Québec (LHJNQ) annonçait, le 8 octobre dernier, que même si ses équipes sont prêtes à sauter sur la glace, elle reporte l’ouverture de la saison 2020-2021.

Kathleen Godmer , journaliste

Autant du côté du Buffalo de Ferme-Neuve que des Mustangs de Maniwaki, les camps d’entraînement ont permis de compléter les équipes. Il ne reste qu’à avoir une décision positive de la part de la Santé publique pour pouvoir démarrer la saison, mais ce ne sera malheureusement pas avant le 15 novembre.
Autant du côté du Buffalo de Ferme-Neuve que des Mustangs de Maniwaki, les camps d’entraînement ont permis de compléter les équipes. Il ne reste qu’à avoir une décision positive de la part de la Santé publique pour pouvoir démarrer la saison, mais ce ne sera malheureusement pas avant le 15 novembre.
© (Photo L’info de la Lièvre – Archives)

« On n’a pas le choix parce que Hockey Québec est encore en phase 5. Cette phase comprend seulement le jeu sans contact. Comme on ne peut pas y aller avec notre façon habituelle de jouer, on doit attendre jusqu’en novembre. 95% de nos joueurs ont toujours joué contact, ce serait compliqué de modifier la façon de jouer et en plus, cette phase permet seulement du quatre contre quatre avec un nombre limité de joueurs par équipe. La manière de réorganiser tout ça devient donc beaucoup plus complexe », a raconté Éric Gauthier des Mustangs de Maniwaki.

De son côté, Éric Bruneau, entraîneur-chef du Buffalo de Ferme-Neuve a expliqué : « On attend la suite qui va venir de la Santé publique. On continue de s’entraîner, mais ça joue sur la motivation et c’est plus difficile pour certains gars. Nos joueurs de 21 ans sont plus inquiets, car c’est leur dernière saison et ils espèrent pouvoir jouer. Pas plus drôle pour ceux qui viennent de l’extérieur et qui sont en pension ici. C’est sûr qu’ils vont à l’école, mais ils ont déménagé principalement à cause du hockey. (…)  On garde espoir et on attend les nouvelles qui doivent venir le 15 novembre. Il n’y a aucune chance que ça bouge avant ça. (…) Du côté de l’Abitibi, ils sont encore en jaune. Ils peuvent jouer des matchs présaison, mais en suivant les consignes mises en place qui sont bien différentes des règlements habituels ».

La ligue est donc en attente de connaître la décision de la Santé publique pour savoir si le contexte fera passer la Haute-Gatineau et les Hautes-Laurentides au palier rouge, mettant ainsi le hockey sur pause ou si elle acceptera le passage à la phase 6, permettant ainsi la reprise de ce sport selon les règlements normaux. Le report du début de saison vise le respect des mesures déjà mises en place par la Santé publique qui, entre autres, interdit les déplacements des équipes sportives hors de leur région.

Malgré l’incertitude, les équipes sont prêtes

« Si on tombe au rouge, on ne peut plus se déplacer, jouer des parties et tout. On reste positif, mais comme tout le monde on est un peu inquiets. Par contre, on est prêt. Le camp est terminé, l’équipe est complète, on attend juste de pouvoir jouer », a mentionné M. Gauthier.

La situation est similaire du côté du Buffalo. « Ici, contrairement aux autres équipes plus au nord, on ne peut même pas jouer de matchs présaison parce qu’on est orange et peut-être bientôt rouge. On met vraiment l’accent sur les entraînements. Le camp est pratiquement terminé. Il reste de petites choses à travailler et vérifier et c’est ce qu’on fait. La situation amène aussi une autre réalité pour certains joueurs qui doivent se réajuster sur le plan études ou travail, mais l’équipe est maintenant complète », a ajouté M. Bruneau.

Rappelons que la LHJNQ en est à sa première saison et qu’elle a été mise en place à cause du contexte de pandémie et justement dans le but d’avoir une saison. Elle est formée des équipes du Buffalo de Ferme-Neuve, des Mustangs de Maniwaki, du Bécard de Senneterre, des Pirates de Ville-Marie et des Titans de Témiscamingue.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer