Partager:
24 novembre 2020

Passage en zone rouge

«Pas pour le moment », affirme le Dr Goyer

Si, lors de la conférence téléphonique hebdomadaire du CISSS des Laurentides (CISSSLAU), le 23 novembre, on a confirmé que des éclosions de Covid étaient en cours sur le territoire d’Antoine-Labelle (Centre hospitalier de Mont-Laurier, résidence le Gîte de Ferme-Neuve), selon le directeur de la santé publique au CISSSLAU, il n’est pas encore question de passage en zone rouge.

Kathleen Godmer , journaliste

Même si dans les dernières semaines les cas de Covid confirmés ont significativement augmenté et que des éclosions sont en cours, l’équilibre entre les cas déclarés et les guérisons fait que pour le moment la région est encore épargnée pour un passage en zone rouge.
Même si dans les dernières semaines les cas de Covid confirmés ont significativement augmenté et que des éclosions sont en cours, l’équilibre entre les cas déclarés et les guérisons fait que pour le moment la région est encore épargnée pour un passage en zone rouge.
© Photo L’info de la Lièvre - archives

« Même si des cas confirmés s’ajoutent dans les MRC qui sont encore en zone orange, on réussit à garder l’équilibre et les nombres de cas positifs restent plutôt stables à travers les Laurentides. On n’en est pas encore au point de recommander un changement de palier bien qu’on surveille la situation chaque jour avec le directeur national de la santé publique, le ministère de la Santé et l’Institut national de santé publique », a déclaré le Dr Éric Goyer.

Dr Goyer a aussi insisté sur un message à passer à la population : « on a observé, dans le cadre de nos enquêtes épidémiologiques, que plusieurs adultes ne présentent que des symptômes très légers comme une petite toux, un nez qui coule ou des frissons, qui s’apparentent à un simple rhume et auxquels ils ne portent pas attention. On les invite, dans de telles situations, à éviter de se rendre au travail ou dans des activités sociales et d’aller se faire tester. Souvent on attend trop et quand le diagnostic est positif, on doit rejoindre un plus grand nombre de gens », a raconté, directeur de la santé publique au CISSS des Laurentides. »

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer