Partager:
25 novembre 2020

Covid-19

Plusieurs cas confirmés dans deux résidences pour aînés et à l’hôpital de Mont-Laurier

Bien que la MRC d’Antoine-Labelle soit encore en zone orange et qu’elle soit la moins touchée des Laurentides, le nombre de cas confirmés de Covid-19 augmente. Dans les derniers jours, plusieurs cas ont été confirmés dans deux résidences pour aînés de la région, les Habitations Antoine-Labelle de Mont-Laurier et Le Gîte à Ferme-Neuve, ainsi qu’au Centre hospitalier de Mont-Laurier. 

Kathleen Godmer , journaliste

Rappelons que s’il y a besoin d’hospitalisation, trois hôpitaux sont désignés pour accueillir des cas de Covid-19 dans les Laurentides, soit l’Hôpital Laurentien de Sainte-Agathe, l’Hôpital régional de Saint-Jérôme, ainsi que l’Hôpital général de Deux-Montagnes.
Rappelons que s’il y a besoin d’hospitalisation, trois hôpitaux sont désignés pour accueillir des cas de Covid-19 dans les Laurentides, soit l’Hôpital Laurentien de Sainte-Agathe, l’Hôpital régional de Saint-Jérôme, ainsi que l’Hôpital général de Deux-Montagnes.
© (Photo Depositphotos)

Selon Sylvain Pomerleau, directeur général adjoint programme santé physique générale et spécialisée, de l'enseignement et de la recherche au Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides (CISSSLAU), depuis le 20 novembre, il y aurait une éclosion dans une des unités de l’hôpital de Mont-Laurier. On parle d’un nombre total d’employés et de patients qui serait inférieur à cinq.

« Le dépistage massif s’est fait à l’hôpital pour essayer de bien encadrer la situation et avoir un bon portrait de l’ensemble de l’unité sur l’état des personnes pouvant être touchées par la Covid. Les résultats ont démontré qu’à partir de la détection du premier et du second cas, tous les autres sont devenus négatifs, ce qui est une très bonne nouvelle dans le contexte. On va continuer à effectuer des dépistages hebdomadaires jusqu’à la fermeture de l’éclosion dans l’unité », a-t-il expliqué.

Selon le CISSSLAU, « pour déclarer une éclosion, il est nécessaire d’avoir un minimum de deux cas de Covid-19 entre lesquels un lien peut être déterminé lors de l’enquête. Cela démontre alors une propagation à l’intérieur de l’établissement et pousse à déployer des actions afin de contrer cette propagation ».

Suite à l’enquête de la Santé publique, le CISSSLAU affirme qu’aucune éclosion n’a été déclarée aux Habitations Antoine-Labelle de Mont-Laurier. « Très peu de cas y ont été déclarés (moins de cinq) et aucun lien épidémiologique n’a été établi entre ceux-ci. Toutes les mesures nécessaires ont été appliquées afin de limiter la propagation du virus et la résidence demeure sous haute surveillance », a précisé Catherine F.-Lord, agente d'information au CISSSLAU.

Une éclosion à Ferme-Neuve

« Une éclosion est effectivement en cours à la résidence privée pour aînés (RPA) Le Gîte à Ferme-Neuve, depuis le 13 novembre dernier. En date du 18 novembre, sept résidents sur 69 ainsi que cinq employés sur 21 ont reçu un résultat positif », a confirmé l’agente d'information du CISSSLAU.

« La situation à la RPA Le Gîte est sous haute surveillance et nos équipes travaillent sans relâche afin de limiter la propagation de la Covid. Nous demeurons tous très vigilants pour assurer la santé et la sécurité des résidents et des employés. » - Catherine F.-Lord, agente d'information pour le CISSSLAU

Des équipes dédiées aux usagers positifs ainsi que diverses mesures ont été mises en place, ou le seront si besoin, afin de restreindre la propagation : 

l’isolement des résidents

le confinement d’unités

l’enseignement et la réalisation d’audits sur l’utilisation appropriée des mesures de protection individuelle

la surveillance des signes vitaux deux fois par jour pour tous les résidents

une présence médicale plusieurs fois par semaine

une infirmière dédiée à la zone chaude en tout temps 

la mise en place d’un comité de gestion de l’éclosion et le dépistage massif des résidents et employés 

« Il faut savoir que toutes les mesures recommandées par la Santé publique sont appliquées par notre établissement dès qu’un cas est suspecté ou déclaré. L’équipe de prévention et contrôle des infections (PCI) accompagne le personnel dans les milieux de vie pour restreindre le plus rapidement possible la transmission », a mentionné Mme F.-Lord.

Selon le président-directeur général adjoint du CISSSLAU, Jean-Philippe Cotton, sur le territoire des Laurentides, en date du 23 novembre, sur les 804 milieux de vie (CHSLD, ressources intermédiaires, résidences privées) il y en aurait 16 de touchés par la Covid dont sept serait en éclosion. Il est donc question de 77 cas actifs dans les différents milieux de vie dont une majorité est concentrée au Centre Drapeau-Deschambault de Sainte-Thérèse.

Les démarches de L’info pour rejoindre les Habitations Antoine-Labelle de Mont-Laurier et Le Gîte à Ferme-Neuve sont demeurées infructueuses.

Bilan hebdomadaire du CISSSLAU

En date du 23 novembre à 12h, dans la MRC d’Antoine-Labelle, on comptait :

132 cas confirmés cumulatifs

18 cas actifs

deux décès

La grande région des Laurentides comptait :

7 646 cas confirmés cumulatifs

383 cas actifs

331 décès

6 932 personnes guéries

« Pour ce qui des hospitalisations de personne atteintes de la Covid, actuellement, dans les Laurentides, nous avons 21 patients d’hospitalisés dans un mode régulier et répartis dans nos trois sites qui peuvent accueillir ce type de clientèle. Il y a moins de cinq lits occupés par des patients nécessitants des soins intensifs », a précisé Sylvain Pomerleau, directeur général adjoint programme santé physique générale et spécialisée, de l'enseignement et de la recherche.

Appel à la vigilance

« Même si des cas confirmés s’ajoutent dans les MRC qui sont encore en zone orange, on réussit à garder l’équilibre et les nombres de cas positifs restent plutôt stables à travers les Laurentides. On n’en est pas encore au point de recommander un changement de palier bien qu’on surveille la situation à chaque jour avec le directeur national de la santé publique, le ministère de la Santé et l’Institut national de santé publique. (…) Un message à passer à la population : on a observé, dans le cadre de nos enquêtes épidémiologiques, que plusieurs adultes ne présentent que des symptômes très légers comme une petite toux, un nez qui coule ou des frissons, qui s’apparentent à un simple rhume et auxquels ils ne portent pas attention. On les invite, dans de telles situations, à éviter de se rendre au travail ou dans des activités sociales et d’aller se faire tester. Souvent on attend trop et quand le diagnostic est positif, on doit rejoindre un plus grand nombre de gens », a raconté le Dr Éric Goyer, directeur de la santé publique au CISSSLAU. 

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer