Partager:
9 décembre 2020

Maison Lyse-Beauchamp

Une subvention pour l’augmentation de l’offre touristique du Café de la Gare

Le 9 novembre dernier, le Centre local de développement (CLD) d’Antoine-Labelle annonçait que dans le cadre de la Politique de soutien aux projets structurants pour améliorer les milieux de vie, la Maison Lyse-Beauchamp obtient une aide financière de 50 000$ pour augmenter et développer l’offre touristique du Café de la Gare. Pour l’organisme, cette nouvelle est excellente et s’inscrit dans un ensemble de démarches qui font que les choses bougent énormément.

Kathleen Godmer , journaliste

Si la subvention obtenue dans le cadre de la Politique de soutien aux projets structurants pour améliorer les milieux de vie servira à augmenter l’offre touristique du Café de la Gare, la Maison Lyse-Beauchamp a plusieurs autres projets en cours.
Si la subvention obtenue dans le cadre de la Politique de soutien aux projets structurants pour améliorer les milieux de vie servira à augmenter l’offre touristique du Café de la Gare, la Maison Lyse-Beauchamp a plusieurs autres projets en cours.
© (Photo L’info de la Lièvre – Kathleen Godmer)

« La Maison Lyse-Beauchamp a vécu beaucoup de développements qui se sont faits en différentes étapes. Avec la Covid, on a dû fermer le Café de la Gare, qui est un de nos plateaux de travail. Là, les activités sont reprises, mais on s’est questionné à savoir si on rouvrirait. Avant de faire cette demande de subvention, ce qu’on a trouvé comme solution pour simplifier les choses et rouvrir, c’est qu’on a réuni toutes nos cuisines, qui étaient situées dans nos différentes ressources, à la gare. Le restaurant est rouvert depuis environ deux mois et on a une cheffe. (…) Maintenant, pour nos ressources on fonctionne plus comme un service de traiteur. Les plats sont préparés à la gare et redistribués ensuite », a raconté le directeur général, Michel Bolduc.

C’est à partir de là que l’organisme a fait la demande d’aide dans le cadre de la Politique de soutien aux projets structurants. En plus de sa restructuration, la Maison Lyse-Beauchamp avait aussi reçu une demande de la MRC pour que les heures d’ouverture du restaurant soient augmentées.

La démarche a été faite et ce sont 50 000$ qui lui ont été accordés pour l’augmentation de l’offre touristique du Café de la Gare. Une étape faisant partie d’un projet global de 153 433$ et qui vise à augmenter les heures d’ouverture afin que le Café de la Gare ajoute à son horaire les jeudis et les vendredis soirs, ainsi que les samedis et dimanches matins pour le brunch. Le but est bien sûr de desservir la clientèle locale, mais aussi les cyclistes et touristes de passages.

À travers tout ça, la Maison Lyse-Beauchamp a aussi fait une demande auprès du programme national de partage des frais de Parc Canada, pour la restauration de la bâtisse dont le solage a besoin de réparations. Ayant reçu une réponse concluante, on en est à l’étape où un ingénieur doit tracer le portrait de la situation avant de se lancer dans la recherche du financement manquant et débuter les travaux.

Il est important de mentionner que pour ses projets de développements, l’organisme peut compter sur la collaboration de la Ville et de la MRC.

« On a aussi fait une demande pour acheter le terrain au bout de la piste cyclable, près du Café de la Gare. On aimerait y construire un autre 20 logements sociaux. La Ville est avec nous dans le projet. On en est à faire nos demandes au ministre, car il n’y a que lui qui peut donner l’autorisation pour que le terrain puisse être cédé. C’est la démarche ultime. »

Maintenant la Maison Lyse-Beauchamp c’est…

Deux plateaux de travail : une boutique à bois et le restaurant « Café de la Gare »

Un groupe de partage pour hommes

21 logements sociaux

Deux ressources intermédiaires en santé mentale et troubles complexes (16 lits)

Une ressource en itinérance (huit lits – 24 heures par jour – sept jours sur sept)

Une ressource en dépendance (30 lits– 24 heures par jour – sept jours sur sept)

Un intervenant en réduction des méfaits

Un intervenant en prévention

Un intervenant communautaire en milieu carcéral

Un service pour endeuillé par suicide

Plus de 50 employés dévoués à la cause

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer