Partager:
13 janvier 2021

La Macaza

Incarcéré pour meurtre, il fait face à des accusations de menaces

Alexandre Gendron, 40 ans, qui purge une peine pour le meurtre au deuxième degré de sa conjointe, était de nouveau devant le tribunal le 5 janvier dernier pour répondre à des accusations de menaces.

Gilles C. Poirier , journaliste judiciaire

Alexandre Gendron est de nouveau devant le tribunal pour avoir proféré des menaces envers deux codétenus au cours de 2020.
Alexandre Gendron est de nouveau devant le tribunal pour avoir proféré des menaces envers deux codétenus au cours de 2020.
© (Photo L’info du Nord - Archives)

En effet, l’homme aurait proféré des menaces de mort ou de lésions corporelles envers deux détenus au centre pénitencier La Macaza au cours de l’année 2020.

Antécédents judiciaires

À l’issue d’un procès devant jury, Alexandre Gendron a été reconnu coupable, le 22 juin 2018, du meurtre au deuxième degré de sa conjointe et condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 12 ans.

Lors d’une dispute conjugale et sous l’effet de l’alcool, il a étranglé sa conjointe de 28 ans, à Beloeil, le 1er août 2015. Elle était enceinte de 19 semaines. Il a caché le corps de la victime, lequel n’a été découvert que le 6 août 2015.

Il a porté sa cause en appel et a présenté une défense d’intoxication et de légitime défense afin d’être reconnu coupable d’homicide involontaire plutôt que de meurtre au deuxième degré. Le 18 novembre 2019, la Cour d’appel du Québec a rejeté l’appel.

Alexandre Gendron a également des antécédents judiciaires en matière de voies de fait, conduite avec les facultés affaiblies, vol de véhicule, méfaits, menaces, vols et bris d’engagement.

Partager:

Gilles C. Poirier , journaliste judiciaire

  • Courriel

À ne pas manquer