Warning: getimagesize(https://infodelalievre.ca/files/article/03-ACTU-La%20Me%3Freveille-KG-M6-22nov-1-01.JPG): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 404 Not Found in /home/lecouran/public_html/wp-content/themes/inmedia/header.php on line 87
Partager:
26 novembre 2019

La Mèreveille : papa aussi

Briser les tabous et revaloriser la paternité

Trois rencontres de style 5 à 7 (bières, saucisses) offertes spécialement pour les futurs papas et les papas d’enfant de 0 à 5 ans ont récemment été tenues. Présentées par le nouvel employé de l’organisme La Mèreveille, Marc Ouellette, les rencontres de Mont-Laurier, Mont-Saint-Michel et Rivière-Rouge avaient pour but de consulter les messieurs sur les activités à développer avec eux et pour eux afin de revaloriser la paternité.

Kathleen Godmer , journaliste

Lors de sa visite, L'info a eu la chance d’assister à un atelier-famille, sous le thème des poissons, qui était présenté par Marie-Claire Doré, responsable de la halte-garderie et Marc Ouellette.
Lors de sa visite, L'info a eu la chance d’assister à un atelier-famille, sous le thème des poissons, qui était présenté par Marie-Claire Doré, responsable de la halte-garderie et Marc Ouellette.
© (Photo L’info de la Lièvre – Kathleen Godmer)

Avec l’arrivée du congé parental pour les pères, les réalités du milieu changent. Ceux-ci sont plus disponibles, veulent plus s’impliquer et ont parfois besoin d’outils et d’encadrement pour y arriver. La Mèreveille, depuis ses débuts, se fait un devoir de s’adapter pour répondre aux besoins et aux réalités qui évoluent.

La nouvelle démarche de l’organisme auprès des papas se veut une façon de les aider à s’outiller et de revaloriser la paternité, mais aussi l’occasion de changer la perception qui veut que la Mèreveille soit une place juste pour les mères. Depuis toujours, la Mèreveille s’adresse aux parents et les hommes ont toujours été les bienvenus.

La phase un de ce projet se développe cette année. M. Ouellette et la chargée de projet sont là pour rencontrer, recueillir et compiler les informations qui serviront à bonifier l’offre de services. Dans un deuxième temps, pour l’an prochain, une demande au ministère de la Famille a été déposée afin d’avoir de l’aide pour mettre en place un projet pilote pour engager une personne (masculine) à temps plein dans l’organisme.

Ce qu’ils ont dit

« On veut favoriser la coparentalité. Jusqu’à maintenant, on a toujours offert des services aux femmes enceintes, aux parents et aux familles d’enfants 0 à 5 ans. Le constat qu’on fait de plus en plus, c’est que le congé parental des pères leur permet de s’impliquer plus, on veut donc leur fournir plus d’outils. Il y a un besoin chez les pères. Il faut aussi élargir la notion de parents. Maintenant, ça peut être femme-homme, deux femmes, deux hommes, beau-père, belle-mère. On l’a toujours fait, mais aujourd’hui, ces réalités sont plus criantes. » – Guylaine Guy, directrice

« Mon poste est de revaloriser la paternité, je suis animateur père. Je suis là pour proposer une offre de service à laquelle les pères vont beaucoup plus s’identifier. Parfois c’est plus facile pour les gars d’entamer un dialogue et favoriser la coparentalité quand ils s’adressent à un autre homme. On vient de faire des rencontres 5 à 7. On voulait jaser avec les pères en toute simplicité pour tâter le pouls juste entre gars. Quand les femmes sont dans le portrait, ce n’est pas toujours les mêmes affaires qui ressortent (rires). » – Marc Ouellette

« On veut que les pères aient le goût de s’impliquer, qu’ils se sentent concernés. Les femmes aussi ont un travail à faire pour que les hommes prennent leur place. On parle de lâcher-prise, d’acceptation. […] Il faut aussi sensibiliser certains employeurs à la coparentalité parce que les pères doivent encore faire des compromis sur le plan du respect du congé de paternité. Encore aujourd’hui, il faut faire évoluer les mentalités. » – Guylaine Guy, directrice

Faits saillants

Suite aux rencontres, on a constaté que les hommes sont parfois plus difficiles à rejoindre, mais qu’une fois dans le processus, ils ont des choses à dire. La démarche se poursuivra donc avec des activités organisées sur mesure et inspirées de ce qui est ressorti de ces rencontres.

Rappelons que la Mèreveille a comme mission de revaloriser la maternité et maintenant la paternité, redécouvrir l’accouchement comme un acte naturel, favoriser les liens parents-enfants, rassurer et soutenir les parents, apporter présence, écoute et information et contribuer à développer un environnement sain autour de la maternité.

En 1984, quand l’organisme a été créé, l’objectif était que les droits des femmes soient respectés au niveau de leur accouchement et de leur façon de vouloir le faire, de l’allaitement, du respect de leurs choix. On constate donc que la Mèreveille reste à l’affut des besoins et des réalités qui changent et sait s’adapter. 

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer