Partager:
5 février 2020

Grève des services de garde en milieu familial

Du retard à prévoir tous les vendredis pour les parents

Depuis le 31 janvier et pour une durée de huit semaines, les responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE) tiendront des moyens de pression afin que leurs conditions de travail soient à la hauteur de leurs compétences et responsabilités. Ces moyens de pressions ne touchent pas les installations en CPE de la région, uniquement les services de garde en milieu familial.

Hélène Desgranges , Journaliste

Les services de garde en milieu familial réclament une revalorisation de leurs conditions de travail.
Les services de garde en milieu familial réclament une revalorisation de leurs conditions de travail.
© (Photo Pixabay)

La Fédération des intervenants en petite enfances du Québec (FIPEQ) soutient les RSE touchés par les mesures dans ce dossier. Leur site internet fait donc état complet des demandes mais aussi du rôle que joue ces personnes dans la vie des enfants. 

En plus de la stimulation, l’offre de repas et collations saines en passant par un programme éducatif complet, des formations annuelles obligatoires, le ménage et le besoin de désinfecter les locaux et jouets, les RSE s’occupent aussi d’administrer leurs services de garde, faire leur publicité, gérer les paiements et la paperasse du ministère.  

Présentement, certaines de ces RSE travaillent jusqu’à 50 heures par semaine et leur salaire est évalué à 12,42$, soit, un salaire horaire en dessous du salaire minimum. 

Selon la FIPEQ, ce salaire ne reflète pas la compétence et les responsabilités que sont tenus de détenir les RSE. D’autres demandes sont aussi faites au ministère comme des ressources financières pour que des intervenants puisse accomplir des portraits périodiques des enfants et la possibilité d’accueillir plus d’enfants ayant des besoins particuliers.

Les moyens de pression

La stratégie employée a été choisie dans le but de maximiser la pression sur le gouvernement mais de manière à minimiser les impacts sur les parents. Les négociations en cours sont insatisfaisantes présentement.  L’offre d’augmenter de 0,06$ de l’heure a été jugée méprisante et inacceptable par la FIPEQ. 

En conséquence, chaque vendredi depuis le 31 janvier, les services de garde en milieu familiaux ouvriront leur porte 15 minutes plus tard. 

Ces 15 minutes s’accumuleront chaque vendredi ce qui représente, qu’au 20 mars, un retard de deux heures à l’ouverture pour les familles touchées. Les parents peuvent appuyer les démarches des RSE de différentes façons qui sont exposées sur le site de la FIPEQ. 

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer