Partager:
18 février 2020

Route 117

Des interventions qui suscitent des questions

Suite aux événements qui se sont produits en soirée, le 10 février dernier, sur la route 117, Michel Ménard, résident du Lac-des-Écorces et camionneur, remet en question les façons de faire du ministère des Transports et de la Sûreté du Québec (SQ). 

Kathleen Godmer , journaliste

© (Photo gracieuseté – Michel Ménard)

M. Ménard, qui était sur place, raconte : « en après-midi un camion en direction nord a perdu son chargement. Ils ont attendu à 22h30 pour fermer la 117 et replacer le chargement. Plusieurs camions ont été obligés d’arrêter et d’attendre pour la réouverture. Personnellement, j’ai été coincé là deux heures. Vers 23h30, un camion-citerne, contenant des produits pétroliers et qui attendait lui aussi, a pris feu. À ce moment, on a réalisé que ça pouvait mal tourner et nous avons trouvé une façon de nous éloigner ».

L’homme a aussi mentionné que l’alarme a été lancée au bureau de la SQ et que  le service en sécurité incendie (SSI) de Mont-Laurier a été envoyé sur place. 

« Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi ils n’ont pas fait une route de contournement. Dans les deux sens, un détour par Val-Barrette était, d’après moi, la solution. Même les pompiers ont été bloqués, les premiers sur les lieux ont été obligés de marcher jusqu’au camion en feu. Pourquoi ne pas avoir appelé et envoyé le service des incendies du Lac-des-Écorces? Pourtant j’avais bel et bien dit au répartiteur que la route était bloquée en direction sud. J’ai l’impression qu’il y a eu un gros manque soit du MTQ, soit de la SQ », a-t-il déclaré. 

De son côté, Mario Hamel du service incendie de Mont-Laurier a expliqué qu’il n’y avait aucune interaction entre les deux incidents, que le camion-remorque était arrêté en attente et que le conducteur s’est aperçu du début d’incendie dans son moteur. 

« Il a tenté de l’éteindre avec un extincteur, sans succès. C’est seulement l’officier premier arrivé qui a dû marcher, le temps qu’un véhicule lourd nous cède le passage. L’autopompe a été en mesure de passer pour intervenir de même que les véhicules suivants. L’officier s’est approché à pied pour valider les matières dangereuses en cause et évaluer au besoin les périmètres de sécurité à appliquer. […]. Nous avons fait appel au service d’incendie de Rivière Kiamika pour nous assurer d’une alimentation en eau plus efficace quand nous avons constaté la contrainte de circulation, mais nous avons réussi à éteindre avant leur arrivée », a-t-il confié.

La SQ avait peu de pouvoir

Le sergent Marc Tessier, du service des communications de la SQ, a expliqué que dans des cas comme celui-là, c’est le MTQ qui prend les décisions. Après avoir évalué la situation, le ministère juge de la durée de l’intervention, si elle nécessite fermeture de route ou mise en place d’un détour et où il sera possible de le faire passer.

« Nous, on est là pour faire la circulation suite aux décisions prises. Dans ce cas-ci, il n’y avait pas de collision, donc pas de rapport de police. Nous y étions en assistance seulement. J’ai pu comprendre qu’au départ ce devait être une courte intervention et qu’à cause des conditions météo, ça n’a pas été le cas, ça a pris plus de temps que prévu », a raconté l’agent.

Toujours selon M. Tessier, la perte de chargement et le camion en feu sont deux événements distincts qui sont arrivés au même endroit dans un même laps de temps. Pour le feu du camion-citerne, il s’agirait d’un défaut mécanique. « À cause de l’incendie, il y a eu une résidence qui a été évacuée par mesure préventive, mais sans plus. L’intervention comme telle, pour nous, s’est bien déroulée. Les gens n’étaient pas en danger », a-t-il affirmé.

Intervention sous la responsabilité du MTQ

De son côté, le ministère a expliqué que le premier incident avait eu lieu à 15h30 sur la 117 près de la montée des Whissel et que c’est le chargement d’un camion de 53 pieds qui s’était déplacé sur sa remorque. Une remorqueuse a été appelée pour le replacer, mais compte tenu de la grosseur du chargement et du camion, une grue a dû être appelée en renfort. C’est ce qui explique le délai. Pendant ce temps, la circulation s’est faite en alternance jusqu’à 22h30, mais ensuite, la 117 a été fermée complètement pendant les manœuvres de remorquage du camion puisqu’il aurait pu verser.

Selon Nathalie Nolin du MTQ, un détour a été mis en place par la route 311 et la route Pierre-Neveu, afin que les usagers de la route puissent circuler, mais ils y en avait déjà de coincés sur la 117. Des panneaux à messages variables étaient activés pour aviser les automobilistes du détour.

Le deuxième événement a été signalé à 23h50 et concernait un camion-citerne ayant pris feu à un kilomètre du premier incident, près du Camping des Barges. La route 117 est donc demeurée fermée dans les deux directions. Une fois l’incendie contrôlé, l’équipe du ministère a procédé à l’épandage de sel afin de rendre la chaussée sécuritaire après l’arrosage en lien avec l’incendie. La circulation sur la route 117 a été rétablie vers 03h45.

Partager:

Kathleen Godmer , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer